A la suite du jugement rendu vendredi par la Cour Suprême des Pays-Bas autorisant la vente de LaSalle par ABN Amro à Bank of America sans l'accord de ses actionnaires (levant ainsi un obstacle majeur au projet de mégafusion entre ABN Amro et la banque britannique Barclays), le consortium composé de la Royal Bank of Scotland, de Fortis et de Banco Santander a fait part de "son intention de revoir son offre d'acquisition" sur la banque néerlandaise.

"Cette offre, dont les conditions seront sensiblement supérieures à la proposition d'offre de Barclays, ne sera pas conditionnelle au maintien de LaSalle au sein du groupe ABN Amro", a précisé le consortium dans un communiqué. "Elle sera conditionnelle, notamment, au fait qu'ABN Amro n'ait réalisé ou n'ait accepté de réaliser aucune acquisition ou cession d'une partie substantielle de ses activités ou actifs, à l'exception de la cession de LaSalle", a-t-il ajouté en précisant que davantage d'informations "seront communiquées en temps voulu".

Bank of America "va maintenant procéder aussi rapidement que possible à la transaction", a indiqué son porte-parole. De son côté, l'association VEB, qui représente les petits investisseurs et qui est à l'origine des poursuites contre ABN, a déclaré que rien ne semblait plus pouvoir arrêter cette cession.

D'autres offreurs ?

Selon le professeur de l'Université d'Utrecht Hans Schenk, un ou plusieurs offreurs peuvent désormais entrer dans la danse car "ABN sans LaSalle rend les choses plus simples". Une offre conjointe du Français BNP et de l'Allemand Dresdner Bank pourrait être une possibilité, selon lui. La combinaison Dresdner plus une banque italienne serait aussi possible. Une offre de Citigroup est moins probable car la banque occupe déjà une position dominante en Europe, conclut-il.

(D'après Belga & AFP)