La FGTB Chimie, qui menaçait d'entreprendre des actions chez GlaxoSmithKline (GSK) à Wavre et Rixensart, a rencontré la direction ce mercredi. Les syndicats ont déposé un préavis de grève et sont inquiets à propos de l'emploi dans les implantations belges du groupe, à la suite des intentions de la direction de délocaliser certaines activités. La direction, elle, déplorait que la FGTB ne prenne plus part aux conseils d'entreprises et aux comités pour la prévention et la protection au travail (CCPT). Mais le dialogue est renoué et la FGTB a suspendu ses actions jusqu'à l'organisation, rapide, d'un nouveau conseil d'entreprise auquel elle participera. En début de semaine, des représentants de la FGTB avaient rencontré le ministre-président de la Région wallonne, Elio Di Rupo, et lui avaient fait part de leurs inquiétudes. Le ministre-président les avaient encouragé à faire un geste pour se remettre autour de la table et donc renouer le dialogue avec la direction.

Un nouveau conseil d'entreprise à venir

C'est ce qu'on fait les syndicalistes mercredi matin. "La direction a exprimé son malaise face à notre absence au conseil d'entreprise et au CCPT, nous avons exprimé notre malaise face à l'absence de réponses de la direction qui ne s'engage pas sur l'emploi dans le court et le moyen terme. Dans la presse, GSK garantit des investissements et la poursuite des activités sur les sites de Rixensart et de Wavre, mais cela ne veut rien dire en terme de nombre d'emplois", indique le délégué principal FGTB, Imdat Gunes.

Il a été convenu qu'un conseil d'entreprise serait organisé rapidement, au plus tard au début de la semaine prochaine, pour évoquer notamment les intentions de délocalisation de certains départements et d'autres sujets de préoccupation du syndicat socialiste. La FGTB y participera cette fois et dans l'intervalle, elle a décidé de suspendre ses actions. "Nous participerons pour poser des questions : si les réponses sont déjà toutes faites et que le curseur ne bouge pas, nous serons renforcés dans nos craintes et des actions seront entreprises", avertit Imdat Gunes.