Le chiffre d'affaires du groupe, qui vend aussi les figurines Transformers ou la pâte à modeler Play-Doh, a augmenté de 4 % au quatrième trimestre pour atteindre 1,72 milliard de dollars.

Son bénéfice a grimpé de 10 % à 105,2 millions de dollars. Ajusté par action et hors éléments exceptionnels, la référence à Wall Street, il a atteint 1,27 dollar, soit plus que les 1,14 dollar escomptés par les analystes.

"Nous avons su utiliser les capacités de notre chaîne mondiale d'approvisionnement et faire évoluer la localisation de nos prestataires pour continuer à fabriquer et à distribuer nos produits", souligne Brian Goldner, PDG d'Hasbro.

Bond de 43 % des ventes en ligne

Le groupe est aussi parvenu à compenser les fermetures de nombreux magasins par ses ventes en ligne, qui ont bondi de 43 % sur l'année et ont dépassé le milliard de dollars pour la première fois.

Pour la période allant d'octobre à décembre, pendant les fêtes de fin d'année, Hasbro a pu se reposer sur la solidité de marques connues comme les cartes Magic, le Monopoly et les pistolets pour enfants Nerf ainsi que les ventes de produits dérivés de la série liée à la saga Star Wars, Le Mandalorien et l'enfant.

Hasbro a aussi pu compter sur la hausse des revenus de sa maison de production de dessins animés eOne (+10 %). Cette filiale, qui produit entre autres les dessins animés comme Peppa Pig et PJ Masks, avait été affectée plus tôt dans l'année par la fermeture de nombreux cinémas et plateaux de tournage à cause de la pandémie.

Sur l'ensemble de l'année, le chiffre d'affaires de eOne a d'ailleurs reculé de 21 %, pesant sur l'ensemble des revenus de l'entreprise (-8 % à 5,47 milliards de dollars).

Le bénéfice 2020 a de son côté reculé de 36 % à 222,5 millions de dollars. Ajusté par action et hors éléments exceptionnels, il dépasse toutefois les attentes (3,74 dollars contre 3,61 dollars prévus).