Le gratin du monde financier belge était réuni hier soir dans les locaux du groupe IPM (La Libre, La DH…) à l’occasion de la cérémonie des “Sicav de Cristal 2019”, événement incontournable de la rentrée financière piloté depuis de nombreuses années maintenant par La Libre et De Standaard.

Les meilleurs gestionnaires de fonds et sicav du pays ont été sacrés lors de cette soirée. Mais auparavant, c’est un intervenant de choix qui a délivré à l’auditoire sa vision de l’évolution des marchés financiers : l’optimiste Ken Fisher, milliardaire américain, analyste très influent, fondateur et président du conseil d’administration de Fisher Investments, a en effet balisé les grands enjeux financiers des mois à venir (vous retrouverez ses réflexions dans La Libre de ce vendredi). Dix prix ont été attribués.

© IPM

Des prix, une méthodologie

Les Sicav de Cristal décernées par La Libre Belgique et De Standaard sont des prix uniques en Belgique. Lancées il y a plus de 20 ans par La Libre, les Sicav de Cristal renouent en effet avec une ancienne tradition. Dans un environnement macroéconomique marqué par des tensions commerciales, des politiques monétaires accommodantes et des risques géopolitiques croissants, la course à la performance devient un véritable parcours du combattant pour les gestionnaires de fonds.

En marge de ces éléments économiques, les régulateurs veillent au grain. Depuis la crise de 2008, les directives et règlements, pris désormais au niveau européen, s’abattent sur le monde financier. On ne peut désormais plus vendre n’importe quoi à n’importe qui. D’une part la directive MiFID II impose d’établir un profil de risque mais exige aussi plus de clarté et de transparence dans les frais.

D’autre part, les publicités relatives aux produits financiers sont également très réglementées et surveillées. Dans ce contexte, il paraît de plus en plus difficile de faire son choix parmi les très (trop ?) nombreux produits financiers mis sur le marché. Un des critères sur lequel se basent les investisseurs est la performance des fonds. Cette remise des prix met ainsi en avant les meilleurs fonds par catégorie sur base de leurs performances. Ces Sicav de Cristal se focalisent alors sur 10 catégories de fonds : les sicav investies en actions belges, les sicav investies en actions mondiales, en actions européennes, en actions américaines, en actions small&mid caps, les sicav en obligations d’entreprises et les sicav en obligations gouvernementales.

Viennent ensuite les 3 prix décernés aux sicav patrimoniales mixtes défensives, neutres et agressives. Les classements sont établis par la société Symex et sont donnés à titre purement indicatif. La rédaction de la Libre a opté pour une méthodologie simple. Les fonds sont classés au sein de chaque catégorie selon la performance “pure” sans tenir compte de la volatilité du fonds.

Cette performance est calculée sur base de la performance sur un an du 1er juillet 2018 au 30 juin 2019 qui est pondérée à 75 %. En marge de cette performance, la variation de performance sur 3 ans est pondérée à concurrence de 25 %. Seuls les fonds commercialisés en Belgique vers le grand public (retail) peuvent entrer en ligne de compte dans ces classements. Pour chaque fonds nominé, cet élément a été confirmé par les émetteurs.

Rappelons cependant que la performance ne doit pas être le seul critère qui peut être pris en considération lors du choix d’une sicav. Les performances passées ne sont pas une garantie concernant celles du futur. Ce classement est donc publié à titre indicatif. En aucun cas, ces prix et nominations ne peuvent être assimilés à des conseils en investissement. Aujourd’hui, ce sont les plus rapides qui l’emportent mais ce ne sont pas forcément les plus prudents… Avant d’investir il est toujours conseillé de faire un passage par le KIID, ce document propre à chaque sicav et qui vous renseigne sur son niveau de risque, ses frais, son univers d’investissement et… ses performances.