Le groupe Suez acculé à lâcher du lest

Entreprises & Start-up

Ariane van Caloen

Publié le

Les négociations entre le gouvernement belge et le groupe Suez (maison mère d'Electrabel) sont dans une phase finale. Le Premier ministre Guy Verhofstadt rencontre normalement ce mardi Jean-Pierre Hansen, administrateur délégué d'Electrabel et mercredi les ministres régionaux.

Selon des sources proches du dossier, un accord devrait être obtenu avant la fin de la semaine. On reste en tout cas dans la même ligne de ce qui a déjà été annoncé (LLB du 30 septembre).

Un : la SPE, deuxième producteur d'électricité en Belgique, reprendrait 100 MW de capacité de production nucléaire en Belgique et céderait en échange à Electrabel 100 MW de capacité à Chooz (site français). Deux, Electrabel mettrait à la disposition de la SPE une capacité nucléaire (250 à 900 MW). La délicate question du prix doit encore être résolue. Trois : Electrabel échangerait 3 000 MW (pas uniquement nucléaires) avec un troisième opérateur. Là aussi, le prix n'a pas encore être fixé. Le gouvernement belge voudrait la valeur économique comme référence alors qu'Electrabel exige la valeur de reconstruction des centrales.

Quatre : Synatom, filiale d'Electrabel dans laquelle sont logées les provisions nucléaires, fera l'objet d'un suivi renforcé. Cinq : Un engagement a été pris par Electrabel de ne pas augmenter les prix de l'énergie. La période de temps n'a pas encore été fixée.

La filiale belge de Suez est aussi amenée à payer une taxe qui servira à financer le chèque gaz (environ 100 millions d'euros).

Si Electrabel est contraint de lâcher du lest, c'est peut-être, dit-on, parce que le gouvernement et en particulier les socialistes flamands, brandissent la menace d'imposer une taxe sur les centrales nucléaires.

La "golden share" qu'aurait obtenue l'Etat belge au niveau de Suez-GDF (action qui donne un droit de veto sur certaines décisions) fait encore l'objet de discussion, a expliqué le porte-parole du ministre de l'Energie Marc Verwilghen. Son contenu serait assez limité.

© La Libre Belgique 2006

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous