Pour M. De Mey, l'introduction du scénario de "stand alone" à l'ordre du jour des assemblées générales des 28 et 29 avril est difficile. "Si un actionnaire qui a au minimum 1% du capital peut introduire une résolution, il lui faut respecter un délai de 60 jours avant l'AG. Mais évidemment, si un tribunal nous y oblige, nous le ferons", dit-il.

M. De Mey dit qu'il est favorable à la cession à BNP Paribas car il est convaincu que "c'est le meilleur accord qu'on peut obtenir pour les actionnaires. Est-ce l'accord rêvé? Non. Nous regrettons ce qui s'est passé".

Interrogé sur d'éventuelles acquisitions, il souligne que Fortis Holding a un groupe d'assurances qui est tout à fait viable et a un avenir. "Y a-t-il moyen de renforcer ces positions? Ce sera la première question. Puis il y aura peut-être des occasions", dit M. De Mey qui souligne que cela se limitera aux assurances.