Le but est de continuer à aider les indépendants qui redémarrent.

Alors que les commerces non alimentaires ont pu rouvrir leurs portes depuis bientôt trois semaines et qu’une réouverture des établissements Horeca est envisagée pour le 8 juin, le ministre Ducarme vient d’obtenir le feu vert du Kern concernant une mesure qui devrait les concerner dans leur très grande majorité : le prolongement du droit passerelle jusqu’à la fin août. Avec un renforcement de celui-ci pour que les indépendants qui ont pu reprendre leurs activités, avec contraintes, puissent toujours en bénéficier.

Pour rappel, près de 385 000 indépendants ont pu bénéficier de cette aide fédérale de 1 291,69 € par mois pour compenser les pertes financières liées à la crise du coronavirus et son confinement. Certains ont pu reprendre leurs activités mais connaissent une baisse du chiffre d’affaires par rapport à la même période l’an dernier. "Il est important de leur apporter un soutien financier pour assurer la reprise, insiste le ministre fédéral des Indépendants, Denis Ducarme. Cette prolongation et ce renforcement du droit passerelle sont cruciaux pour les secteurs touchés. Avec les contraintes, notamment de distanciation sociale, il sera impossible pour certains secteurs (NdlR : comme l’Horeca quand les restaurants et bars rouvriront) de récupérer leur rendement habituel."

Les indépendants qui reprennent leur activité devront toutefois justifier d’une baisse d’au moins 10 % du chiffre d’affaires par rapport à l’an dernier, pour pouvoir encore bénéficier de l’aide. "Des contrôles seront menés par l’Inasti pour éviter des abus", prévient Denis Ducarme.

Au final, l’aide fédérale accordée aux indépendants, entre mars et août, flirtera avec les 10 000 € là où les régions, pourtant en charge de l’aide économique, n’ont déboursé que 5 000 euros. "Il serait très utile que les régions se décident aussi à prolonger leurs mesures d’aides pour soutenir leurs indépendants."

Coût estimé des deux nouvelles mesures : un peu plus de 551 millions d’euros entre juillet et août, en plus des dépenses (1,7 milliard d’euros) pour le droit passerelle de mars à juin.

À noter que si le Kern a validé le projet d’arrêté royal déposé par Denis Ducarme, celui-ci doit encore passer l’écueil du Kern + 10 mais il ne devrait pas souffrir d’une quelconque opposition.