La promesse d'investissement par le gestionnaire d'actifs BTK Luxembourg, représentant des intérêts qataris, n'est plus prise en compte par la centrale de Vilvorde.

C'est ce que rapporte le journal L'Echo ce jeudi.

Le propriétaire de la centrale de Vilvorde a débranché la prise concernant la proposition de rachat du site formulée par le gestionnaire d'actifs BTK Luxembourg, représentant des intérêts qataris. 

Marc Segers, se présentant comme le directeur opérationnel de BTK, annonçait mi-mai vouloir construire quatre grosses centrales au gaz de 870 MW en Belgique.

"Nous n'avons plus de nouvelles de Marc Segers depuis des mois. Nous avons entamé les discussions avec d'autres investisseurs pour la reprise du site", annonce Guy Willemot, le directeur de la centrale de Vilvorde, qui appartient au trader bulgare Energy Market. "On considère l'offre formulée en mai dernier comme caduque", poursuit-il.

La proposition formulée par Marc Segers était rapidement apparue comme douteuse. Contacté à plusieurs reprises par le quotidien, l'intéressé reste, à l'heure actuelle, injoignable.

Sur l'identité des autres investisseurs potentiels, Guy Willemot se refuse à donner des précisions pour l'instant.