Le prix Nobel d'économie a été décerné à l'Américain Edmund S. Phelps pour ses recherches sur les arbitrages entre le long et le court terme des politiques macroéconomiques, a annoncé lundi le comité Nobel.

Son travail a permis d'"approfondir notre compréhension des relations des effets à court et long terme d'une politique économique", a indiqué l'académie royale suédoise des sciences dans ses attendus.

Les contributions de Phelps, 73 ans, "ont eu un impact décisif aussi bien sur la recherche en économie que sur la politique", a ajouté le comité.

Phelps, professeur d'économie à l'Université de Columbia, recevra le prix doté de 10 millions de couronnes suédoises (environ 1,1 million d'euros) le 10 décembre prochain à Stockholm.

L'académie a souligné que les analyses de Phelps avaient porté sur la façon de concilier des impératifs parfois contradictoires, par exemple l'inflation et le chômage, pour définir une politique économique.

L'économiste américain a mis en avant "que non seulemement l'épargne et la formation de capital mais aussi l'équilibre entre inflation et chômage était fondamental pour la redistribution des richesses sur la longue durée", a indiqué le jury du Nobel dans son communiqué.

L'année dernière, le prix Nobel d'économie avait été attribué à l'Américain Thomas Schelling et à l'Israélo-américain Robert Aumann pour "avoir amélioré notre compréhension des conflits et de la coopération au moyen de la théorie des jeux".

Pour la saison 2006 des Nobel, tous les prix (médecine, physique, chimie, économie) ont récompensé des Américains.

Deux Nobel restent encore à décerner cette année. Jeudi prochain, le prix de littérature sera annoncé à Stockholm et le Nobel de paix vendredi à Oslo.