Le numéro 1890 - porte d'entrée régionale unique d'information et d'orientation pour les entrepreneurs wallons étendu depuis la semaine passée aux questions sur le coronavirus - est assailli d'appels ce vendredi matin, au lendemain des mesures drastiques annoncées hier/jeudi par le Conseil national de sécurité.

 "En 1h30 ce vendredi, une centaine d'appels ont été passés pour des questions légitimes des entrepreneurs", a indiqué le ministre wallon de l'Economie, Willy Borsus (MR), au terme d'une rencontre avec l'Union wallonne des Entreprises (UWE).

Au cours de cette réunion, l'adaptation des législations aux circonstances exceptionnelles a été abordée, notamment en ce qui concerne la fluidification du télétravail et l'activation du chômage temporaire pour cas de force majeure, une matière qui dépend du Fédéral, a précisé le ministre.

"Nous avons également entendu les demandes des secteurs immédiatement touchés, comme l'événementiel ou l'horeca, qui veulent notamment savoir si un fonds exceptionnel de soutien, amenant des leviers de secours, va être mis en place", a poursuivi Willy Borsus en rappelant par ailleurs l'existence de la cellule d'accompagnement de la Sogepa "pour aider les entreprises à structurer leur réponse à leurs problèmes spécifiques".

"La priorité est bien évidemment à la santé publique, avec des mesures dures mais totalement indispensables. Ceci dit, nous sommes totalement mobilisés pour ne pas transformer cette crise sanitaire en crise économique, en apportant, point par point, des réponses aux difficultés des entrepreneurs", a encore assuré le ministre.

Le gouvernement wallon doit se réunir ce vendredi midi afin de détailler et d'opérationnaliser les mesures décidées par le Conseil national de sécurité. La question du maintien des marchés - publics et de bétail - devra notamment être tranchée, a enfin indiqué M. Borsus.