Les dirigeants des groupes politiques du Parlement européen ont démenti jeudi tout accord pour approuver le budget de la période 2014-2020, au lendemain d'une réunion entre représentants des Etats membres, du Parlement et de la Commission européenne. "Je suis très surpris que le Conseil (les Etats) fasse état d'un accord sans attendre la décision du Parlement européen", a lancé le président du groupe socialiste, l'Autrichien Hannes Swoboda. "Je refuse ce chantage", a-t-il averti.
"Je suis pleinement d'accord avec Hannes Swoboda", a annoncé le chef des Libéraux, l'ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt.

Les deux responsables politiques ont ainsi marqué leur mécontentement après l'annonce par la présidence irlandaise de l'UE d'un accord mercredi soir au terme d'un marathon de seize heures de négociations avec les représentants du Parlement européen et de la Commission. "La proposition faite par la présidence irlandaise est tout simplement imbuvable et je proposerai donc à mon groupe de refuser ce compromis", a, pour sa part, annoncé l'eurodéputée verte belge Isabelle Durant.
"Les Irlandais se sont trop avancés, car ce qui est sur la table ne répond pas aux demandes du Parlement européen", a expliqué à l'AFP une source proche des négociations.

"Ce qui a été acté hier soir c'est la fin des négociations avec la présidence irlandaise et la transmission d'un texte aux groupes du Parlement pour une prise de décision politique", a-t-il souligné. "Nous nous sommes mis d'accord avec la présidence irlandaise sur le contenu d'un compromis possible", avait précisé mercredi soir à l'AFP le chef de la délégation du Parlement européen, l'eurodéputé conservateur français Alain Lamassoure. "Certains membres de la délégation du Parlement européen sont très réservés et c'est pour cette raison que je n'ai pas pu donner l'accord du Parlement", avait-il souligné.

Le représentant du groupe socialiste, le Bulgare Ivailo Kalfin, s'est ainsi dit "non satisfait" de la proposition de compromis. "Elle est très loin des demandes du Parlement", a-t-il indiqué dans un message sur son compte twitter.

L'élu conservateur allemand Reimer Boege (PPE-CDU) a accusé la présidence irlandaise de "manipulation" en faisant état d'un accord. Il a annoncé sa décision de démissionner de son poste de rapporteur de la délégation "pour ne pas avoir à défendre ce texte en plénière".

Sans le feu vert du Parlement, le projet de budget adopté par les dirigeants européen en mars sera caduc. Il prévoit 960 milliards d'euros en crédits d'engagements et 913 milliards en crédits de paiements pour la période 2014-2020.