Sur l'ensemble de l'année, le bénéfice net du groupe s'est élevé à 6 milliards de couronnes (818 millions d'euros) contre 6,6 milliards un an auparavant.

Son chiffre d'affaires a chuté de 11 %, à 58,5 milliards de couronnes (7,9 milliards d'euros). En volume, le nombre de boissons vendues a diminué de 3,6 %, avec un recul de près de 7 % en Europe occidentale.

"La bière est le plus souvent consommée dans un cadre social, et nos marchés ont été affectés par des restrictions et des confinements qui ont empêché les consommateurs de s'engager dans des activités sociales", a relevé Carlsberg, numéro 4 mondial du secteur, dans son rapport annuel.

Changement des habitudes

Les débits de boisson représentent environ 25 % des volumes vendus par le groupe et ces volumes ont diminué de plus de 20 %, a-t-il noté, soulignant que la pandémie pouvait avoir changé les habitudes des consommateurs.

Le commerce en ligne s'est accéléré avec une hausse des ventes aux tiers d'environ 60 %, avec une croissance particulièrement forte en Asie.

Pour 2021, Carlsberg table sur une croissance de son bénéfice d'exploitation de 3 à 10 %, estimant que le secteur de la restauration continuera a être touché par des restrictions pendant une bonne partie du deuxième trimestre en Europe occidentale, son plus gros marché.