Le récit des derniers jours de la Sabena (1/6)
© D.R.

Entreprises & Start-up

Le récit des derniers jours de la Sabena (1/6)

Vincent Slits

Publié le - Mis à jour le

Le 6 novembre 2001, peu après 21 heures: Ferdinand Chaffart, président du conseil d’administration de la Sabena, entre dans la salle d’un célèbre hôtel bruxellois. Le visage grave, l’homme aux cheveux blancs annonce -sous le crépitement des appareils photos - ce que toute la Belgique pressentait depuis plusieurs semaines maintenant: le conseil d’administration de la compagnie nationale belge a décidé de faire aveu de faillite.

Dans le fond de la salle, un GSM entame les premières notes de la Brabançonne. Tout un symbole.

L’onde de choc est immense. L’émotion s’empare du pays. A l’aéroport de Bruxelles-National, des milliers de Sabéniens se réunissent comme pour exorciser une issue qui pour beaucoup relevait encore une seconde plus tôt de l’impossible.

Mais que s’est-il réellement passé durant les dernières semaines de la vie de la Sabena? En rencontrant certains des acteurs - qui ont vécu les événements de l’intérieur mais témoigné de manière anonyme - “La Libre” a tenté de reconstituer le film des événements.

Pour lire la suite, cliquez ici

Journal    L'Etat aurait-il pu sauver la Sabena? Cette faillite était-elle inéluctable ou a-t-elle été planifiée? De vendredi à lundi, "La Libre" repondra à toutes ces questions.

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous