Les coups de fil incriminés par l'amende ont été passés sur une période de quatre mois et demi début 2019 dans l'ensemble des Etats-Unis, détaille un communiqué de la FCC. Ils affirmaient, à tort, offrir des assurances-santé émanant d'assureurs réputés.

John Spiller, accusé aux côtés de Jakob Mears, a admis avoir passé des millions d'appels par jour au nom de plusieurs clients, y compris à des particuliers ayant spécifiquement demandé à ne pas être contactés par des télédémarcheurs.

Selon la FCC, les plaintes à propos d'appels automatisés liés à des produits de santé ont commencé à bondir en 2018, "avec environ 23,6 millions d'appels automatisés pour des assurances passés sur les réseaux des quatre plus grands opérateurs téléphoniques chaque jour".

Partage d'informations sensibles

"Les appels automatisés indésirables ne sont pas seulement une nuisance, mais ils présentent également un risque sérieux pour les consommateurs qui peuvent par inadvertance partager des informations personnelles sensibles en réponse aux stratagèmes malveillants de mauvais acteurs", a souligné la présidente en exercice de la FCC, Jessica Rosenworcel, dans le communiqué.

Elle a présenté à cette occasion plusieurs mesures destinées à limiter cette nuisance, quasi-quotidienne pour de nombreux Américains recevant des appels de provenance inconnue sur leurs téléphones fixes comme mobiles.

Le régulateur a notamment envoyé des avertissements à six fournisseurs de services vocaux ayant constamment enfreint les règles sur l'utilisation des appels automatisés et préenregistrés.

La FCC a aussi mis sur pied une équipe de 51 personnes chargées spécifiquement de la lutte contre ce genre d'appels.