Le ministre britannique des Transports annonce la fermeture de l'espace aérien du Royaume-Uni aux Boeing 777 équipés des moteurs en cause dans le spectaculaire incendie au dessus du Colorado.

"Après les problèmes de ce week-end, les Boeing 777 avec moteurs Pratt & Whitney 4000-112 seront temporairement interdits d'entrer dans l'espace aérien britannique", écrit Grant Shapps sur Twitter.

L'autorité britannique de l'aviation civile (CAA) précise quant à elle que ces appareils, immobilisés par le constructeur, n'étaient pas utilisés par des compagnies britanniques. Ce type d'appareils "est exploité par des compagnies aux Etats-Unis, au Japon et en Corée du Sud".

La suspension des appareils "recommandée"

Un vol United Airlines Denver-Honolulu a dû revenir se poser en urgence ce samedi, moins d'une demi-heure après son décollage, après une panne de son réacteur droit ayant provoqué un incendie et un pluie d'imposants débris au sol. Il n'y a pas eu de victime.

Le spectaculaire incendie s'est produit sur un moteur éprouvé depuis de longues années mais constitue un nouveau coup dur pour l'avionneur américain, qui accumule les revers sur ses différents types d'appareils. Selon les premières constatations du NTSB, l'agence américaine chargée de la sécurité des transports, une partie de la nacelle entourant le moteur a été arrachée et plusieurs pales de la soufflante, cet énorme ventilateur par lequel l'air est aspiré dans le réacteur, fracturées.

Le constructeur américain avait "recommandé" la suspension des vols des 128 appareils équipés de ces moteurs ce dimanche soir. Les 128 Boeing 777 équipés du modèle de moteur Pratt&Whitney ont effectivement été immobilisés au sol, affirme une porte-parole de l'avionneur, par les compagnies qui les opèrent : l'américaine United Airlines, les japonaises ANA et JAL ainsi que la coréenne Asiana Airlines.