Fondé en 2002 à Namur et depuis implanté en Flandre, en Wallonie et à Bruxelles, le spécialiste du partage de voitures Cambio a maintenu son chiffre d'affaires en 2020. "Nous n'avons enregistré que 3 % de baisse par rapport à 2019 sur un chiffre d'affaires estimé entre 10 et 20 millions d'euros, explique le directeur Frédéric Van Malleghem. Certes, le nombre de réservations a diminué au fil des restrictions sanitaires liées à l'épidémie de Covid-19, mais parallèlement plus de 6000 nouveaux membres ont rejoint le réseau".

En avril et en mai, Cambio a vu ses revenus chuter drastiquement de plus de 80 %, ce qui a compromis l'objectif initial de croissance établi entre 10 et 20 % pour 2020. Mais la société a réussi à limiter la casse grâce à un maintien de ses services pendant les confinements et le rebond estival des déplacements, ainsi qu'à une "politique financière saine menée depuis plusieurs années". Aujourd'hui, l'entreprise leader du marché de l'autopartage en Belgique compte 48 000 membres et 1560 voitures, soit 134 véhicules de plus qu'en 2019. 

Cambio a conservé les postes de ses 60 collaborateurs et prévoit plusieurs embauches en 2021, avec déjà trois recrutements confirmés pour février-mars en région bruxelloise.

© Cambio Carsharing

Bientôt des vélos cargos sur réservation

"Notre offre destinée aux trajets occasionnels comme de grandes courses ou un weekend en province est désormais disponible dans 637 stations sur 63 villes, détaille Frédéric Van Malleghem. Dans la même logique d'une utilisation plus pertinente et écologique des véhicules, nous voulons lancer un service innovant de partage de vélos cargos électriques dès cet automne". 

En permettant aux citadins de se déplacer à vélo tout en transportant l'équivalent d'un petit coffre de voiture, Cambio espère encore gonfler son estimation phare selon laquelle à ce jour, son service préserverait les routes belges de 23 400 voitures supplémentaires.