La CNE demande à la chaîne de vêtements de ne pas ouvrir ses cabines d'essayage pour l'instant et de sensibiliser les clients au port du masque.

Le syndicat chrétien des employés annonce ce vendredi qu'il dépose un préavis d'actions au sein de la chaîne de vêtements H&M. Il prendra effet du 25 mai jusqu'à fin juin et permettra de couvrir le débrayage pendant cette période de tout employé qui "ne se sentira pas en sécurité".
Le préavis sera envoyé à la direction de l'enseigne et, en l'absence de toute considération des demandes du syndicat, la CNE se réserve le droit de mener "des actions de tous types, seul ou en front commun, si cela est possible", prévient-elle dans un communiqué.

Ce qui fâche la CNE, c'est le problème des cabines d'essayage. H&M veut les ouvrir "mais avec beaucoup moins d'heures et d'effectifs, en sachant que nous avons déjà de nombreuses nouvelles procédures sanitaires à faire respecter, qui épuisent et stressent les collègues", indique le syndicat.

Si les cabines sont ouvertes au public, elles doivent normalement être désinfectées entre chaque client. Se référant à ce qui se passe dans certaines autres enseignes qui ont décidé de maintenir l'accès aux cabines d'essayage, le syndicat chrétien fait savoir que les produits de désinfection sont déjà en rupture de stock et que l'ouverture des cabines n'a "aucun impact financier positif pour le moment".

Autre demande à la direction de H&M : le lancement d'une campagne de sensibilisation au port du masque par les clients mais aussi la possibilité d'offrir ou de vendre à petit prix des masques en magasin.

La CNE veut enfin l'ouverture de négociations sociales sur des mesures qui permettraient d'atténuer le choc économique de la crise sanitaire pour le personnel.

En début de soirée vendredi, le syndicat faisait savoir que l'ouverture des cabines, que la direction de H&M avait prévue lundi, est finalement reportée et que des négociations sociales auront lieu la semaine prochaine.