Pour 2.600 des 3.025 employés de Telenet, le télétravail restera possible jusqu’à la fin de l’année, nous apprend l’entreprise. "Nous mettons également en place un total de vingt espaces de collaboration où des équipes de 30 personnes maximum peuvent se rencontrer et faire du brainstorming à une distance d'un mètre et demi comme les règles l’obligent", ajoute-t-elle, tout en expliquant que pour les employés qui ne pourront pas faire de télétravail pour des raisons pratiques, il sera possible de réserver un lieu de travail via une application. L’entreprise, qui a des bureaux à Malines-Nord, Malines-Sud, Wommelgem, Zaventem, Saint-Trond et Alost (en plus des magasins évidemment) veut également transformer les places de parking inutilisées en espace de travail en plein air.

"Nous considérons qu’il s’agit d’un défi positif dans lequel nous pouvons redéfinir notre politique des ressources humaines et notre façon de travailler de manière accélérée mais réfléchie. Serons-nous un jour à nouveau coincés dans des embouteillages le matin et le soir ? Chez Telenet, nous espérons que ce ne sera pas le cas", déclare pour sa part Ann Caluwaerts, Chief Corporate Affairs chez Telenet. "Ce nouvel équilibre entre le travail à domicile et le travail au bureau garantit que les employés restent connectés entre eux et avec l'entreprise tout en pouvant profiter de tous les avantages du travail à domicile", ajoute-t-elle. Cette façon de faire permettra également à l’entreprise d’effectuer un traçage plus facile entre travailleurs en cas d’infection au coronavirus.

Les magasins restent accessibles

L’entreprise précise tout de même que ses magasins Telenet et Base restent ouverts, avec une vigilance accrue pour les employés et les clients. Les techniciens pourront également toujours se rendre chez les clients en cas de besoin, toujours dans le respect des normes sanitaires.

Pour l'entreprise, l'objectif est donc de ne pas subir simplement la crise et tenter d'en profiter dans une certaine mesure, comme l'ont fait les grosses entreprises du digital que sont Google, Facebook ou encore Twitter, qui avaient fait le même genre d'annonce en mai dernier.