La crise du coronavirus a pesé sur la formation des salariés l'an dernier. En effet, les employés ont suivi beaucoup moins de formations. C'est lors du premier confinement que la baisse a été la plus importante, selon les chiffres de Securex, qui a analysé les heures de formation de 211.171 salariés dans 28.234 entreprises privées.

En 2020, les mois d'avril et mai ont connu la baisse (respectivement -91% et -79%) la plus importante par rapport à l'année précédente. En août et septembre, les formations se sont légèrement redressées mais durant l'automne, le nombre d'heures de formation a de nouveau diminué, toutefois de façon moins radicale que lors de la première vague cette fois, précise Securex.

"Les organismes de formation n'étaient pas suffisamment préparés à convertir leurs cours en enseignement numérique à distance. Une période de reprise a suivi durant l'été, durant laquelle des formations en groupes plus restreints ont pu avoir lieu la plupart du temps. A l'automne, lors de la deuxième vague, le nombre d'heures de formation a de nouveau diminué, mais de manière moins radicale qu'au printemps. Entre-temps, de nombreuses formations avaient déjà vraisemblablement recours aux formats d'apprentissage hybrides ou entièrement numériques", explique Guillaume Bosmans, expert HR research chez Securex.

Depuis le 1er janvier 2021, les employeurs qui améliorent les compétences de leurs employés par la formation ont droit à un nouvel avantage fiscal s'ils remplissent certaines conditions. Cet avantage s'élève à 11,75% du précompte professionnel qui doit être payé sur la rémunération totale imposable de tous les employés qui ont suivi la formation, rappelle Securex.