L'action du groupe prenait près de 6% à la Bourse d'Helsinki vers 14H15 (12H15 GMT) dans un marché en baisse de 1,21%.

Entre avril et juin, le résultat d'exploitation a quasiment triplé, à 14,1 millions d'euros (contre 5,3 un an plus tôt) "en raison de la stabilité des recettes des principaux jeux, de l'engagement accru des joueurs grâce au Covid-19 et de la baisse de niveau d'acquisition des utilisateurs", a expliqué le groupe dans son rapport trimestriel.

Le bénéfice net de Rovio a été multiplié par près de 4, à 11,1 millions d'euros. Son chiffre d'affaires a en revanche baissé (-3,6%), à 69,2 millions, à cause d'une contraction des recettes pour les films, selon l'éditeur.

"Les effets globaux du Covid-19, qui se sont traduits par un niveau plus élevé de téléchargements, d'utilisateurs actifs quotidiens et d'engagement des joueurs, a atteint un pic fin avril", a déclaré la PDG Kati Levoranta.

Pour l'ensemble de l'année, Rovio table toujours sur un bénéfice d'exploitation ajusté meilleur qu'en 2019, sans donner davantage de chiffres.

Plongé dans le rouge en 2015 après des années fastes lié au succès du jeu Angry Birds, Rovio avait dû se séparer d'un tiers de ses employés. Il a bénéficié de la sortie du film éponyme en 2016 pour redonner du lustre à sa marque.

Réalisé avec Sony Entertainment, ce long métrage a rapporté quelque 350 millions de dollars dans le monde.