Le trafic aérien de passagers a progressé de 3,8 pc en juin sur un an, la croissance la plus faible enregistrée depuis 2003, époque à laquelle l'industrie aérienne était confrontée à l'épidémie de pneumonies atypiques SRAS, selon un communiqué publié lundi par l'IATA, l'association internationale du transport aérien.

Aux Etats-Unis, la baisse atteint 4 pc, contre seulement 2,2 pc en Europe mais "la baisse de la confiance des entrepreneurs et de la production industrielle au sein d'économies clés en Europe pourraient bien aggraver ces chiffres ", avertit l'IATA. Le taux d'occupation s'est établi à 77,6 pc, soit une baisse de 1,2 pc en un an. Le trafic de fret a lui, pour la première fois depuis mai 2005, affiché un recul de 0,8 pc, après plusieurs mois de baisse des indicateurs de confiance et le secteur s'attend à pire. " Avec la baisse de la confiance des consommateurs et des investisseurs et des prix pétroliers record, la situation va encore empirer ", avertit Giovanni Bisignani, président de l'IATA. Cette année, les pertes cumulées des compagnies aériennes pourraient atteindre 6,1 milliards de dollars, balayant les 5,7 milliards de bénéfices engrangés en 2007, ajoute-t-il, en réclamant "des mesures urgentes ", pour diminuer les coûts des compagnies.

Les aéroports et les prestataires de services doivent améliorer leur efficacité afin de réduire leurs coûts, estime-t-il et " les travailleurs doivent comprendre que l'efficacité est la seule voie vers la sécurité d'emploi ", ajoute-t-il.

Au cours des six premiers mois de l'année, 25 compagnies ont cessé leurs opérations ou ont fait faillite.

La flambée des cours du pétrole a fait passer la facture de kérosène de 13 à près de 35 pc des coûts généraux des compagnies aériennes. (Belga)