Trop tôt pour dresser un bilan définitif du 85e Salon de l'Auto de Bruxelles qui a refermé ses portes dimanche soir. Mais c'est indéniable : le Salon 2007, qui était - comme toutes les années impaires - consacré aux véhicules utilitaires, voitures de loisirs et motos, attire chaque année de plus en plus de monde, dopant les ventes du secteur, tous modèles confondus.

"Trois jours avant la fermeture, le nombre de visiteurs est de 242 000, soit 15 pc de plus qu'en 2005", observe Peter Gemoets de la Febiac (Fédération belge de l'industrie automobile et du cycle), organisatrice de l'événement. "On va battre cette année le record de 2005 qui était de 322 367 visiteurs", ajoute-t-il. C'est que cette année, pour attirer un public plus large que professionnel, les importateurs avaient fait la part belle, dans leurs stands, aux 4x4, SUV (Sport Utility Vehicules), breaks, cabriolets et à leurs derniers modèles de berlines.

Les véhicules utilitaires, qui représentent en Belgique 10 pc de l'ensemble des immatriculations, ont-ils été pour autant boudés par le public ? "Non", répondent en choeur les principaux importateurs que nous avons sondés. "Il y a beaucoup d'intérêt pour les véhicules utilitaires, davantage qu'il y a deux ans. On manque d'ailleurs de personnel au Salon", constate Luc Lion, le porte-parole de Citroën en Belgique, leader sur ce marché, en 2006, avec 9 592 véhicules immatriculés. La marque française présentait en première mondiale, à Bruxelles, son Jumpy, un combi destiné au transport de personnes construit en commun avec Fiat et Peugeot. Chez Fiat, qui exposait aussi le même combi sous le nom Scudo et sa fourgonnette Ducato, on se frotte aussi les mains. "L'effet Salon se prolonge tout le mois de janvier mais d'après les premiers relevés, les contacts clients sont en hausse de 80 pc et les commandes de 10 pc par rapport à 2005", se réjouit Hervé Aboab, le patron de Fiat Auto Belgique.

Succès de la Logan break

Même son de cloche chez Renault, 2e vendeur de véhicules utilitaires (Kangoo, Trafic, Master) en Belgique. "A ce stade, on a dépassé de 20 pc nos prévisions de ventes", précise Karl Schuybroek, le porte-parole de Renault Belgique. "L'utilitaire se porte bien, c'est un indicateur de l'amélioration du climat économique belge". Le groupe au losange profitait du Salon pour dévoiler, au public belge, la Dacia Logan (sa marque "low cost") en version break. "Le lancement de la berline n'a pas été un grand succès en Belgique. En revanche, en une semaine de Salon, on a commandé 200 breaks, c'est le tiers de l'ensemble de 2006", souligne le représentant de Renault.

Autre caractéristique de ce Salon : la préoccupation environnementale y était omniprésente. "Les clients recherchent de plus en plus des véhicules propres ou moins polluants", remarque le patron de Fiat Auto Belgique qui a présenté une nouvelle Panda au gaz naturel au Salon.

Même constat chez D'Ieteren, l'importateur de Volkswagen pour la Belgique. "Notre ligne écologique Blue Motion, qui bénéficie d'un avantage fiscal, actuellement disponible en version Polo et bientôt en version Golf et Passat, marche très bien", ajoute Jean-Marc Ponteville, porte-parole pour VW chez D'Ieteren.

Malgré cela, les 4x4, gros consommateurs d'énergie, continuent à avoir le vent en poupe. "On constate une nette croissance des commandes, car on a élargi la gamme avec notamment la nouvelle Compass, un modèle plus citadin", explique Marie-Lise Verschelden, porte-parole de Jeep (DaimlerChrysler), le spécialiste des "tout-terrain".

Dans ce segment, ce sont surtout les véhicules qui ont le look "4x4", sans en comporter les inconvénients (forte consommation), qui carburent. Comme, par exemple, la gamme Cross (Polo, Golf et Touran) de VW ou de Fiat (Panda Cross).