L'organisation patronale flamande remet en question la viabilité du modèle fédéral actuel, a fait savoir son président Wouter De Geest lundi soir lors de la rentrée politico-économique de cette organisation. Celle-ci plaide dès lors pour une régionalisation des compétences de la politique de l'emploi et des soins de santé vers les Régions. 

Un gouvernement de programme doit également rapidement voir le jour, à ses yeux, afin de relever les principaux défis socio-économiques.

Le président du Voka s'est montré très dur envers le monde politique, en particulier au niveau fédéral, où l'impasse semble être totale plus de 100 jours après les élections. 

"Comment est-il possible que notre pays ne soit pas gouverné? Que les partis du pays ne se parlent pas entre eux? ", se demande ainsi Wouter De Geest. "Les tergiversations actuelles commencent à ressembler à de la négligence coupable", assène-t-il. Il appelle les politiques à oser gouverner et décider au lieu de prendre en otage le pays et son économie. 

L'organisation patronale flamande demande d'urgence du leadership politique. Le baromètre économique tourne en effet progressivement à l'orage. La confiance des entreprises est au plus bas depuis six ans. "Il est temps pour des mesures osées et audacieuses." Au niveau flamand, un gouvernement doit dès lors être mis en place rapidement. 

Celui-ci devra engranger des avancées décisives grâce à des objectifs mesurables, espère le Voka. En tête de liste des souhaits des patrons du nord du pays figurent le taux d'emploi, une norme d'investissement et énergétique, le classement Pisa pour l'enseignement, une norme pour la recherche et le développement, un indice de mobilité et une norme de dépenses. Et tout cela avec la rapidité nécessaire. 

L'organisation patronale se montre en revanche plus sombre et plus "triste" par rapport au niveau fédéral, "qui devient ingérable", constate Wouter De Geest. "Est-ce que notre modèle fonctionne encore", s'interroge-t-il ainsi. 

Le politique doit prendre exemple en la matière sur les entrepreneurs, analyse le président du Voka. "Si une autorité ne fonctionne plus correctement, elle doit prendre une forme différente en termes d'importance politique, de pouvoir et de flux financiers", trouve-t-il. Les entreprises flamandes ne peuvent pas être dupes de l'inertie politique au niveau fédéral, selon M. De Geest. Concrètement, les patrons flamands plaident pour un "transfert complet" de la politique du marché du travail et des soins de santé aux Régions. 

A côté de cela, un gouvernement fédéral efficace et se concentrant sur un programme socio-économique est absolument nécessaire. Ses défis les plus importants seront un budget crédible, un pacte sur l'énergie, le suivi de la compétitivité des entreprises et la préparation du pays aux conséquences d'un Brexit.