Les syndicats de De Lijn ont décidé de poursuivre leurs actions. L'annonce de Jo Van Der Herten, membre du syndicat chrétien des services publiques ACV, survient à l'issue d'une réunion entre les syndicats et la société flamande des transports (De Lijn). Les syndicats vont demander au président de la commission paritaire d'entamer une procédure de conciliation, a-t-il ajouté.

Depuis lundi, les trois syndicats mènent des actions pour dénoncer des problèmes au sein du service technique et exiger des salaires plus élevés pour le personnel de ce même service. La grève a des conséquences au-delà du service technique puisque ces derniers jours, une partie des bus et des trams étaient à l'arrêt.

Deux camps, deux discours

Des désagréments pour les navetteurs qui pourraient donc se prolonger. "Nous n'avons rien entendu de neuf de la part de la direction et aucune autre réunion n'est prévue. Nous sommes donc contraints de continuer nos actions pendant les prochains jours. Nous laissons la liberté à chacun de choisir le moment de l'action : elles seront donc imprévisibles", a indiqué Jo Van Der Herten.

Pour tout de même parvenir à un accord, les syndicats comptent sur le président de la commission paritaire. Il s'agit de l'organe de concertation qui permet aux syndicats et à la direction de communiquer. Les syndicats vont demander une procédure de conciliation, ajoute encore Jo Van Der Herten. "Nous verrons bien s'il y a une volonté au sein de la direction de De Lijn de s'attaquer à certains problèmes. Pour le moment, je n'y crois pas trop." 

De son côté, la direction a fait savoir qu'elle était favorable à une réunion en présence du président de la commission paritaire. "La date du 21 janvier avait déjà été fixée en accord avec les syndicats. Avec la poursuite de leur grève, les syndicats ont donc décidé de ne pas attendre cette date. La direction a toujours été disponible pour discuter", a expliqué un porte-parole