Nouveau coup de pouce des banques centrales. Vendredi, la Réserve fédérale américaine (Fed), la Banque centrale européenne (BCE) et la Banque nationale de Suisse (BNS) ont annoncé un accroissement de leurs aides à la liquidité des marchés financiers. Concrètement, les trois banques centrales vont désormais accepter davantage de types de titres en garantie des prêts qu'elles octroient aux banques commerciales. Par cette mesure, la Fed, la BCE et la BNS montrent qu'elles "veulent en finir avec la méfiance qui règne entre les institutions financières", indique un courtier. Depuis que la crise financière a éclaté, les banques commerciales rechignent à se prêter de l'argent entre elles : chacune craint que son cocontractant se trouve en difficulté en raison de son exposition à des titres adossés à des créances douteuses. Le problème, c'est que cette méfiance provoque une hausse des taux interbancaires (intérêts perçus sur les prêts entre institutions financières), ce qui décourage d'autant plus les transactions entre banques. Cette spirale infernale, les banques centrales entendent bien la casser.

Les trois mesures annoncées vendredi consistent en un accroissement de la portée d'outils mis en place depuis le début de la crise financière. Le montant des liquidités adjugées deux fois par semaine par la Fed par un système d'enchères va ainsi être porté de 60 à 75 milliards de dollars, à partir du 5 mai. Leur montant total atteint ainsi 150 milliards de dollars.

Les accords de "swap" mis en place par les trois banques centrales fin janvier pour assouvir la demande en dollars des banques européennes vont également voir leur ampleur accrue. La Fed va porter de 30 milliards à 50 milliards de dollars le montant des liquidités fournies à la BCE et de 6 milliards à 12 milliards de dollars le montant des liquidités fournies à la BNS. Enfin, la Fed a encore élargi la gamme de titres acceptés en garantie lors de ses opérations de refinancement.

Les grandes banques, qui agissent comme intermédiaires entre la banque centrale et les autres banques commerciales, vont désormais pouvoir apporter des titres adossés à des créances, pour peu qu'ils soient classés "AAA" par les agences de notation. Reste à voir si cette nouvelle intervention suffira à relancer la machine.