Comme chaque année, l'Institut belge des services postaux et des télécommunications (IBPT) publie son rapport sur le marché des activités postales en Belgique.

On y apprend qu'il emploie encore près de 32.000 personnes (au 30 juin 2019), un nombre en légère augmentation par rapport à 2018 mais en forte baisse comparé à il y a 20 ans. En 2000, on comptait encore près de 50.000 personnes travaillant dans le secteur postal. L'an dernier, chaque employé postal a traité par jour ouvrable 218 articles (lettres, colis, envois express, journaux ou magazines).

Bpost reste encore et de loin le plus gros opérateur postal en Belgique, avec 60% de parts de marché, même s'il perd des plumes (- 10% par rapport à 2010).

© IBPT

La tendance amorcée depuis des années se confirme : ce sont les colis qui génèrent la majorité des revenus des opérateurs postaux (54% du chiffre d'affaires total contre 31% seulement il y a 10 ans). Entre 2018 et 2019, les revenus liés aux colis se montaient à 1,42 milliard d'euros. Le segment des colis est en croissance (+15,7% par rapport à 2018 et +212 % entre 2010 et 2019). L'an dernier, 266 millions de colis ont été envoyés ou reçus en Belgique. C'est 23 par habitant, relève l'IBPT.

© IBPT

Le volume de lettres poursuit, par contre, son inexorable déclin avec la plus forte baisse en 10 ans : -7,2% et 125 lettres ou envois similaires par an et par habitant. Les envois recommandés n'ont plus la cote non plus, en baisse de 12,7%. Par contre, le prix du timbre s'envole : il a doublé en 10 ans (par achat de dix).

Relation de cause à effet, les boîtes aux lettres rouges se font aussi plus rares. Il en reste 10.000, contre 12.600 en 2018. Le nombre de bureaux de poste ou Points poste diminue aussi avec 1320 (- six unités par rapport à l'année précédente).

Les investissements des opérateurs postaux sont en très nette augmentation (+ 30%), la plus forte depuis 2010. Ils ont atteint, en 2019, 123 millions d’euros. "De nombreux opérateurs sont en effet en train d’étendre leur capacité concernant le tri et la distribution des colis", précise l'IBPT.

Enfin, le médiateur postal, qui réceptionne les plaintes des clients, n'a pas chômé l'an dernier, même si on dénombre 14,6% de plaintes en moins qu'en 2018. Il a reçu 10.000 plaintes recevables dont près de la moitié (44%) concernait un problème de colis.