Les Bourses européennes ouvraient en forte baisse jeudi, perdant plus de 5% pour la plupart après une dégringolade de Tokyo et au lendemain d'un plongeon historique de Wall Street, dans des marché paniqués par les craintes de récession aux Etats-Unis.

Dans les premiers échanges, le CAC 40 parisien chutait de 5,81%, au lendemain d'une baisse de 6,82%. A Londres, le Footsie dévissait de 5,86%, après avoir déjà perdu plus de 7% mercredi. A Francfort, le Dax plongeait de 5,19%. Milan chutait de 6,10%, Amsterdam de 6,41%, Oslo de 5,14%, Stockholm de 3,58%, Helsinki de 4,25% et Copenhague de 4,17%.

En Russie, les échanges boursiers ont été suspendus pour une heure jeudi à 07h05 GMT (09h05 heure belge) sur l'une des deux Bourses de Moscou, le Micex (cotation en roubles), en raison d'une forte baisse des cours, a indiqué le Micex sur son site internet.

En Asie, l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a subi jeudi la deuxième pire chute de son histoire, dévissant de 11,41% en clôture sur un marché paniqué par le plongeon de Wall Street la veille au soir et les perspectives de récession mondiale. La Bourse de Shanghai a perdu 4,25%. Les signes que les Etats-Unis sont au bord de la récession se sont multipliés mardi, les ventes de détail en septembre baissant de 1,2% par rapport à août, un recul bien plus important que prévu, et l'indice de l'activité industrielle dans la région de New York tombant en octobre à son plus bas niveau historique.

Le président de la banque centrale américaine (Fed), Ben Bernanke, a d'ailleurs averti que la reprise de l'économie américaine n'était pas pour "tout de suite". Et il a noté que l'activité économique "avait déjà ralenti avant l'intensification récente de la crise".

La Bourse de New York a ouvert sur une hausse très prudente jeudi, en convalescence au lendemain de sa pire séance en vingt ans, dans un marché pris entre les pertes considérables des banques et des indicateurs économiques mitigés: le Dow Jones gagnait 0,13% et le Nasdaq 0,80%.