Les relations se durcissent entre les cafetiers et InBev. Après avoir tempêté pendant plusieurs mois, les fédérations Horeca de Wallonie et de Flandre sont passées à l'action. Elles ont porté plainte, il y a trois semaines, devant le Conseil de la concurrence, contre le premier brasseur belge, indiquent-elles sur leur site Internet. En cause : le changement de verres de Jupiler "imposé", au début de l'année par InBev, "sans concertation préalable avec le secteur".

Les représentants des cafetiers et restaurateurs du sud et du nord du pays estiment qu'en agissant de la sorte le géant brassicole abuse de sa position dominante.

Ces nouveaux verres, mis sur le marché par InBev suite au changement de logo de sa marque phare, contiennent 2,5 centilitres de plus que les anciens verres. "Il faut, par rapport aux anciens verres, une quantité de bière plus importante pour débiter correctement la Jupiler dans les nouveaux verres", explique Pierre Poriau, le secrétaire général d'Horeca Wallonie.

Procédure d'urgence

Selon la fédération, "le cafetier ne peut plus désormais servir qu'environ 175 verres à partir du même fût de 50 litres, soit 17 de moins qu'avant, ce qui engendre un manque à gagner de plus de 22,50 euros par fût". Les tenanciers de bistrots s'estiment d'autant plus lésés qu'ils n'ont pas pu compenser ce préjudice par une hausse de leurs tarifs car ce changement de verres - que certains cafetiers ont même dû payer en vertu de leur contrat de brasserie, relève M. Poriau - est intervenu entre deux hausses de prix décrétées par InBev, déjà très médiatisées. Pour les cafetiers, "ce changement a pour seul objectif de permettre à InBev d'augmenter ses volumes et ses profits sur le dos des cafetiers" .

Afin de mettre fin à cette situation, les deux fédérations professionnelles demandent, dans leur plainte déposée au Conseil de la concurrence, des "mesures provisoires" afin de contraindre InBev à restituer, dans les 72 heures suivant la décision, les anciens verres aux exploitants qui le désirent.

Une autre plainte en cours

Grâce à cette procédure accélérée, les cafetiers devraient être fixés d'ici la fin de l'année. La décision sur le fond prendra, elle, davantage de temps. Si le Conseil conclut à un abus de position dominante de la part d'InBev, le brasseur pourrait se voir condamné à payer une amende de 10 pc de son chiffre d'affaires en Belgique et à l'export. Rappelons que le ministre de l'Economie Marc Verwilghen a déjà demandé, en avril, au même Conseil d'ouvrir une enquête sur un éventuel abus de position dominante d'InBev, suite à ses successives hausses de prix.

InBev se défend

InBev a nié, hier, avoir mis sur le marché des nouveaux verres pour doper le volume de ses ventes. Regrettant "le manque de concertation constructive avec le secteur" , le brasseur a expliqué, dans un communiqué, que cette décision était liée à des critères de qualité. "Contrairement aux anciens verres, les nouveaux verres sont pourvus d'une ligne de mesure indiquant le niveau des 25 cl, montrant clairement à l'exploitant Horeca à quel niveau se situe le volume requis." Selon InBev, les 3 cm restants sont réservés au col de mousse, une épaisseur "qui constitue un des critères de qualité requis pour un bon verre de bière" .

© La Libre Belgique 2006