Les patrons belges sont plutôt optimistes quant aux perspectives commerciales et économiques en 2021, mais s'inquiètent fortement de la cybersécurité, surtout au vu de l'accélération de la transformation numérique provoquée par la crise sanitaire, ressort-il du 24e CEO Survey, l'étude mondiale sur les priorités des chefs d'entreprises publiée par PwC ce jeudi. 

Et en Belgique ?

Les CEO belges interrogés craignent même davantage la surréglementation et l'incertitude politique que les pandémies. Entre janvier et février, PwC a interrogé 5 050 CEO dans 100 pays et territoires, dont 50 en Belgique. Les résultats montrent que les patrons belges sont plutôt optimistes quant à la reprise économique, après une année 2020 marquée par la crise sanitaire du Covid-19. Ainsi, 82 % des sondés belges pensent que la croissance économique mondiale s'améliorera cette année et 86 % sont confiants pour leur propre entreprise.

Cette confiance n'empêche pas les patrons d'être inquiets, surtout à propos de la cybersécurité alors que le numérique s'est imposé dans le contexte de crise sanitaire. Malgré leurs inquiétudes, seuls 28 % des CEO belges planifient d'augmenter leurs dépenses en matière de cybersécurité et de confidentialité des données de 10 % ou plus.

Populisme et politique 

La surréglementation, le populisme, l'incertitude politique et la désinformation préoccupent davantage les CEO belges que la perspective de futures pandémies et crises sanitaires. Au niveau mondial, les pandémies arrivent toutefois en tête des préoccupations des CEO.

Moins d'un tiers (28 %) des répondants belges se disent extrêmement préoccupés par le changement climatique, une proportion qui n'a que peu évolué en un an (27 % en 2020). Un cinquième des CEO belges se dit même "pas du tout" ou "peu" inquiet vis-à-vis du changement climatique. Au niveau mondial, on compte 28 % de sceptiques.

Plus de la moitié des sondés belges n'ont pas intégré les risques climatiques dans leurs activités de gestion des risques stratégiques. Une proportion jugée préoccupante par PwC "car le changement climatique représente un risque physique et transitoire croissant pour les entreprises". Plus de 40 % des CEO belges prévoient d'augmenter "considérablement" leurs investissements dans les initiatives durables à la suite de la pandémie mais près d'un cinquième ne planifie aucun changement.