Cette fréquentation faible s'explique par les mesures sanitaires prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Au cours du premier trimestre de l'année, seuls les cinémas américains MJR du groupe et quelques complexes espagnols ont pu ouvrir à temps plein. En Belgique, les salles obscures sont restées fermées, comme aux Pays-Bas, en France et en Suisse. Au Canada, seuls deux à cinq complexes Landmark, sur plus d'une quarantaine, étaient ouverts pendant les trois premiers mois de l'année.

Dans les cinémas ouverts, la fréquentation s'élevait à 25 à 30 % du nombre de visiteurs en situation pré-Covid, "ce qui est plutôt encourageant au vu du manque de contenu et des mesures de sécurité strictes", estime Kinepolis.

Malgré cette fréquentation en berne, une gestion "optimale" des liquidités et un prêt supplémentaire de 80 millions d'euros font dire à Kinepolis qu'il réussit à conserver suffisamment de moyens financiers pour surmonter une longue période encore, même en cas de fermeture complète.

Trois projets de construction achevés

Le flux de trésorerie libre normalisé (hors impact du fonds de roulement) s'établissait à -4,7 millions d'euros par mois au premier trimestre 2021. L'EBIDTA et le résultat net étaient négatifs. Fin mars 2021, le groupe disposait de 144,5 millions d'euros de moyens financiers.

Au premier trimestre, Kinepolis a également achevé trois projets de construction, aux Pays-Bas, en France et au Canada. "Au cours des prochains mois, Kinepolis continuera à se concentrer sur la gestion de ses liquidités, la réouverture de ses cinémas et les futurs résultats du groupe."

Le groupe Kinepolis compte 58 cinémas en Europe et, depuis l'acquisition des groupes canadien Landmark Cinemas et américain MJR Digital Cinemas, 46 complexes au Canada et 10 aux États-Unis.