Les prix du pétrole rebondissaient nettement lundi à l'ouverture à New York, dopés par un regain de confiance après les multiples interventions des gouvernements européens et américain ce week-end face à la crise financière.

Vers 15H10 (HB), sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en novembre s'échangeait à 81,85 dollars, en hausse de 4,15 dollars par rapport à son cours de clôture de vendredi. "Les gouvernements ce week-end ont globalement indiqué qu'ils feraient tout pour sauver l'économie mondiale, ce qui devrait apporter de la stabilité au marché (boursier) aujourd'hui (lundi). Il faut dire que le marché a été largement survendu la semaine passée", a constaté Phil Flynn, d'Alaron Trading.

La crise financière, qui avait plombé les marchés actions au cours de la semaine passée, avait également fait chuter les cours du pétrole, passés sous les 80 dollars vendredi, bien loin de leurs sommets atteints en juillet. L'effondrement des marchés boursiers mondiaux fait craindre une dégradation des perspectives de croissance économique et dès lors des prévisions de demande d'énergie. Mais les places boursières se reprenaient lundi après les nombreuses interventions gouvernementales pour répondre à la crise, notamment avec les soutiens affichés au système bancaire.

Le Trésor américain a annoncé lundi qu'il était en train de "mettre sur pied un programme d'achat d'actions dans une large gamme d'institutions financières", dans le cadre de son plan de sauvetage des banques dont les grandes lignes ont été dévoilées à Washington. "Cette impulsion dope les cours du pétrole. Cela est perçu comme le fait que la demande de pétrole va rester élevée, et cela soutient les prix", a indiqué Phil Flynn. "Si le marché d'actions maintient sa convalescence, il faudra tout de même observer comment il se comportera avec des prix du pétrole au-dessus de 84 dollars", a toutefois prévenu l'analyste.