Subir une cyberattaque reste une des préoccupations majeures des chefs d’entreprise. Et c’est même pour les dirigeants des entreprises européennes et américaines le plus gros risque pour la bonne marche de leurs affaires. 

C’est ce qui ressort d’un rapport du Forum Économique Mondial intitulé “Regional Risks for doing business 2019”, réalisé en collaboration avec Marsh&Mclennan Companies et Zurich Insurance Group dans plus de 130 pays. Au total, 13 000 dirigeants d’entreprises ont été sondés.

En Europe, la menace d’une cyberattaque préoccupe donc grandement les entrepreneurs. Ce risque est mis en avant en première position dans dix pays européens, dont l’Allemagne, la France, l’Italie, le Royaume-Uni et la Belgique. 

Viennent ensuite pour les dirigeants européens et dans l’ordre les risques d’assister à une bulle financière ou immobilière, en deuxième position, à des conflits interétatiques, à un choc des prix de l’énergie et finalement à des crises budgétaires, en cinquième position. 

Cette préoccupation est due aux nombreuses cyberattaques et vols de données que les autorités publiques et les grandes entreprises ont connu en Europe en 2018 et 2019”, explique le groupe Marsh dans un communiqué. “La cybersécurité reste le risque le plus important pour les chefs d’entreprise en Belgique et, surtout, la dépendance technologique croissante vis-à-vis de nombreuses entreprises ne peut que le renforcer”, explique, de son côté, Henri Steyaert, CEO de Marsh Belux.

En Asie du Sud et de l’Est et dans le Pacifique, les risques environnementaux et les catastrophes naturelles arrivent en tête des menaces potentielles. Au Moyen-Orient et en Afrique, c’est le risque d’un choc pétrolier qui est mis en avant.