Les demandes de brevets belges se sont maintenues à un haut niveau, en minime baisse de 0,9 % par rapport au record de 2.422 de 2019. Ces demandes dans les secteurs des technologies médicales (+42,5 %) et de l'ingénierie chimique (+91,2 %) ont fortement progressé. Par contre, d'autres secteurs ont essuyé de nets replis, à l'instar de la métallurgie, des techniques de mesure et des transports.

Au niveau mondial, le nombre de demandes de brevets déposées auprès de l'OEB a presque atteint le niveau de l'an dernier (-0,7 %). Les secteurs enregistrant les fortes progressions en la matière ont été les produits pharmaceutiques (+10,2 %) et les biotechnologies (+6,3 %). Les technologies médicales (+2,6 %) gardent la première place en nombre de brevets, devant la communication numérique. "A l'inverse, le secteur des transports est celui qui a connu la plus forte baisse (-5,5 %), en particulier pour l'aviation et l'aérospatial (-24,7 %), et, dans une moindre mesure, l'automobile (-1,6 %)."

Les pays les plus actifs dans la recherche sont la Chine (+9,9 % de demandes de brevets) et la Corée du Sud (+9,2 %). Dans l'UE, les demandes venant d'Allemagne (qui reste cependant en tête), ont baissé de 3 %, tandis que les demandes françaises et italiennes ont augmenté respectivement de 3,1 et 2,9 %.