"Il y a manifestement un problème de représentation féminine à la Stib. Au top bien sûr, mais aussi à tous les niveaux, note Alain Flausch, directeur général de la Stib, qui estime que la féminisation globale de notre personnel serait un atout. Nos métiers (conducteurs, contrôleurs, guichetiers ) impliquent des contacts avec la population. Or les femmes ont, à mon avis, une façon plus adroite de gérer les conflits. Elles peuvent être un acteur de pacification de la ville."

Or les métiers de la Stib restent perçus comme très masculins. "C’est une erreur. Ce ne sont plus des métiers lourds, réservés aux hommes. Aujourd’hui, nos véhicules se conduisent avec un doigt De plus, nous avons mis en place des horaires et mi-temps plus compatibles avec la vie de famille. Actuellement, nous pouvons être attractifs autant pour les femmes que pour les hommes."

Au top de l’entreprise, les femmes sont aussi sous-représentées. "Notre conseil d’administration est très virtuel. Ce n’est pas là que se prennent les décisions. Au conseil de gérance, nous avons 1 femme sur 7 membres votants et au comité de direction 2 sur 12 , explique Alain Flausch qui a lui-même nommé ces deux femmes . Quand je suis arrivé en 2000, il n’y avait que des hommes au comité de direction. Ce serait bien qu’il y ait plus de femmes, car elles apportent une autre vision et sont plus pacifiques. Les deux genres sont vraiment complémentaires." Passer par des quotas lui semble une bonne solution. "Même si je n’en suis pas fan. Mais je ne pense pas que, sans cela, une évolution se fera naturellement. Il faut cependant que la mesure soit provisoire."

Les quotas, Eric Domb, patron du parc Pairi Daiza, y est favorable depuis longtemps. "Même s’il n’y a pas de femmes dans notre conseil d’administration. Mais je me suis engagé à le modifier. Je dois être cohérent avec moi-même !" La société compte beaucoup de femmes, dans certains services - comme la comptabilité -, mais aussi dans des métiers jugés plus masculins, tel que le jardinage. "Cette diversité est vraiment enrichissante. Mais il faut aussi de la diversité à la tête de l’entreprise. Et cela ne se fera pas naturellement." Pour trouver des femmes candidates au poste d’administrateur, Eric Domb ira voir dans son entourage professionnel et privé ainsi que dans celui de ses collaborateurs. "Je pense que je n’aurai aucun mal à trouver des femmes compétentes. Le plus dur sera de faire un choix entre elles."