Les employeurs ont déploré mardi l'ampleur des pertes d'emplois annoncées par la direction de Volkswagen Forest, tout en réaffirmant que "l'industrie automobile a un avenir en Belgique".

"Les organisations patronales déplorent l'importance des pertes d'emploi directes et indirectes et les difficultés que rencontreront les travailleurs touchés. Elles soulignent toutefois qu'il est capital de préserver la paix sociale", ont déclaré la FEB (Fédération des Entreprises de Belgique), l'UEB (Union des Entreprises de Bruxelles), l'UWE (Union wallonne des entreprises) et la fédération flamande VOKA dans un communiqué commun.

Selon ces organisations, les efforts consentis par les autorités "pour sauvegarder la compétitivité de l'industrie automobile en Belgique et y ancrer la chaîne des entreprises sous-traitantes, qui sont surtout des PME, doivent être poursuivis".

"Ainsi, il ne faut pas perdre de temps pour inscrire dans des textes de loi les accords spécifiques concernant l'organisation du travail, conclus antérieurement dans le secteur automobile", ont conclu les employeurs.