Pascal est à bout : chaque jour, il part travailler la boule au ventre…

Pascal fait partie de ces employés de la grande distribution qui restent en première ligne, pour nous servir, nous assurer un approvisionnement en biens de première nécessité.

Un service, “un sacrifice même, qui mériterait un peu plus de respect”, regrette Pascal. “On a beau répéter le message sur les distances de sécurité à maintenir, dans les médias et en magasin, certains semblent toujours croire qu’ils ne risquent rien. Aux caisses aussi, on doit parfois faire le gendarme.”

Mais ce qui afflige le plus Pascal, c’est le comportement égoïste de certains clients. “On a beau répéter qu’il n’y a pas de risque de pénurie, on a parfois l’impression que certains confondent le confinement et la guerre. Le papier toilette, les mouchoirs, le savon, la farine : avec les stocks que certains font, je me demande bien ce qu’ils en feront dans quelques semaines. Et à moins de manger du matin au soir, certains vont aussi avoir bien du mal à ingurgiter tout ce qu’ils achètent. Et pendant ce temps-là, d’autres clients sont obligés de venir plusieurs fois faire leurs courses et cela multiplie les contacts et le risque de propagation du virus. Il serait temps que les clients comprennent cela, fassent leurs courses une fois par semaine, en quantités raisonnables et c’est tout. Et qu’ils restent chez eux car voir des clients s’octroyer une sortie quotidienne pour faire leurs courses, c’est inadmissible également !”

© D.R.