Entreprises & Start-up

N'en déplaise à l'actuel président des Etats-Unis, réputé pour son isolationnisme, mais près de la moitié des géants de l'économie américaine sont l'entreprise d'enfants de l'immigration.

La dernière étude de l'institut de recherche New American Economy (NAE) souligne que 44,6% des plus grandes entreprises américaines ont été fondées par des immigrés ou leurs descedants.

De l'emblématique marque de jeans Levi's, créée par deux immigrés allemands, au tout aussi populaire site Amazon, inventé par le fils adoptif d'un immigré cubain, on savait que l'économie américaine devait beaucoup aux entrepreneurs venus d'autres horizons.

Lors de son premier rapport en 2011, le fonds de recherche NAE observait déjà que plus de deux entreprises du Fortune 500, le classement des cinq cents sociétés affichant les plus grands chiffres d'affaires aux Etats-Unis, avaient au moins un immigré ou un enfant d'immigré parmi leurs fondateurs.

Cette proportion a perduré au fil des ans et a même augmenté cette année. 223 entreprises du classement 2019 répondent en effet à ces critères, parmi lesquelles 101 ont été directement mises sur pieds par des personnes nées au-delà des frontières américaines.

Parmi les nouvelles venues, notons le fournisseur mondial de solutions logicielles Broadcom, le spécialiste du commerce en ligne des produits ménagers Wayfair, ou l'entreprise de solutions de gestion et de comptabilité Intuit, pour se limiter à trois exemples.

Toutes ces entreprises fruits de l'immigration et qui rayonnent dans le palmarès Fortune 500 ont généré ensemble plus de 6.100 milliards de dollars de revenus.

"Pour mettre les choses en perspective, ce chiffre est supérieur au PIB de nombreux pays développés, tels que l'Allemagne ou le Royaume-Uni", souligne l'étude de New American Economy.

Au niveau du tissu socio-économique, il convient d'indiquer que ces entreprises restent un puissant moteur de création d'emplois.

En moyenne, chacun de ces employeurs estampillés "New American" dénombre 60.629 travailleurs, ce qui est près de 11% supérieur à la moyenne des entreprises créées par des Américains.

Au total, elles emploient ainsi 13,5 millions de personnes.

"Les entrepreneurs immigrés jouent un rôle indispensable dans notre économie", insiste le rapport du NAE, rappelant que les PME sont tout aussi essentielles puisqu'elles emploient encore plus de monde au travers des magasins de proximité, restaurants et autres prestataires de services.



***En photo: le président Trump et le CEO de Microsoft, Satya Nadella (né à Hyderabard, en Inde), écoutent les arguments de Jeff Bezos, CEO d'Amazon.