La menace d'une grève - et cette fois générale - plane toujours sur les six magasins Makro. La direction veut mettre en œuvre un plan de transformation et d'économies qui va profondément changer la nature et l'organisation du travail pour les employés de magasins, sans passer par la case négociations. De quoi irriter le front commun syndical mais aussi le personnel.

Trois magasins situés en Flandre ont débrayé la semaine dernière et un second arrêt de travail en quelques jours a été observé dans celui de Sint-Pieters-Leeuw. Du côté wallon, l'heure n'est pas (encore ?) à la grève mais on n'en est pas loin. "Le personnel des Makro d'Alleur et de Lodelinsart a été informé des intentions de la direction et il exige l'ouverture de négociations sur le plan de transformation. Si nous n'obtenons pas cela de la direction, les syndicats ont le mandat pour lancer une grève", explique Raymond Vrijdaghs, permanent CNE.

La date du 17 septembre pour une réunion entre les syndicats et la direction de Makro est toujours fixée mais il ne s'agit à ce stade que d'une rencontre visant à ce que les syndicats posent des questions sur la nouvelle organisation du travail. Largement insuffisant pour le front commun qui tentera ce jour-là d'infléchir la position de la direction et d'ouvrir une négociation. Si la réponse est négative, on peut donc s'attendre à un débrayage généralisé.