À LUXEMBOURG

Lundi au siège d'Arcelor, c'est l'affluence des grands jours. Mais si pour Lakshmi Mittal et son fils Aditya (dirigeants et propriétaires du groupe du même nom), c'est un grand jour, l'ambiance n'est pas à la fête pour les dirigeants d'Arcelor. «Il est très clair que ceci est un mariage de raison, j'espère qu'il pourra aboutir à un mariage de coeur et que tout le monde s'efforcera de travailler ensemble», a dit Joseph Kinsch, président du conseil d'administration d'Arcelor.

Sur la scène, Lakshmi Mittal et Aditya (invité par son père à venir les rejoindre) ont le triomphe modeste. Juste un sourire timide de satisfaction de temps en temps. «J'espère que c'est un mariage qui va durer. Cela fait 5 mois que nous avons déclaré que nous sommes amoureux de la mariée, mais elle était timide, il a fallu la convaincre», a renchéri le PDG de Mittal. La fusion donnera naissance à un nouvel ensemble dénommé Arcelor-Mittal, avec une capacité de production de plus de 100 millions de tonnes d'acier (320 000 travailleurs) et un chiffre d'affaires de 60 milliards d'euros.

Les actionnaires d'Arcelor ont le choix entre diverses options: une offre mixte (61 pc en titres, 31 pc en cash) ou une offre en cash à raison de 40,4 € l'action. D'après les termes de l'accord, il ne devrait pas y avoir de restructurations, ni de plan social dans le périmètre d'Arcelor en Europe. Le nouveau groupe (qui sera coté à New York, Paris, Madrid, Amsterdam, Bruxelles, Luxembourg) adoptera le modèle d'Arcelor basé sur une priorité à la R&D.

Les actionnaires mitigés

Les synergies permettront de dégager une économie de 1,6 milliard de dollars sur divers postes comme le marketing et l'optimisation des «process».

Lakshmi Mittal espère réaliser l'intégration totale des deux groupes avant trois ans. Le futur conseil d'administration du nouveau groupe sera composé de 18 membres: 12 administrateurs actuels d'Arcelor (dont 3 sont les représentants actuels des employés) et 6 (3 indépendants) nommés par Mittal. La future direction générale sera composée de 7 membres (dont les 4 membres de l'actuelle DG d'Arcelor qui proposera aussi le nouveau CEO) et 3 du management de Mittal. «J'aimerais beaucoup ce poste, mais je ne crois pas que ce soit approprié vu mon âge (30 ans) et mon manque d'expérience. Il me faut encore de l'expérience pour mieux comprendre Arcelor et sa culture», a déclaré Aditya Mittal, directeur financier de Mittal Steel. Lakshmi Mittal deviendra président du nouveau groupe au départ de Joseph Kinsch qui a été reconduit à ce poste lors de la dernière assemblée d'Arcelor. Reste à savoir s'il quittera le navire avant 2008.

Mais la fusion a déjà fait une première victime. Guy Dollé accompagnera l'intégration du groupe, mais il ne sera pas le CEO du nouveau groupe. Il aurait refusé la demande qui lui est faite. Mais selon des observateurs, il serait la victime de la forte opposition et des propos inélégants tenus dès après les premiers jours du lancement de l'offre de Mittal en janvier. Les actionnaires actuels d'Arcelor détiendront 50,6 pc du nouveau groupe et ceux de Mittal, 49,4 pc (dont 43 pc pour la famille Mittal). «Nous sommes contents de la valorisation d'Arcelor, tout n'est pas encore clair concernant l'aspect industriel. Par ailleurs, il est dit que Mittal votera avec le board, sauf s'il n'est pas d'accord et il reprend sa liberté de vote tout en disposant un droit de veto sur les décisions», commente Bruno de Kerviler, président de l'Association des actionnaires d'Arcelor. L'OPA qui devrait se clôturer le 5 juillet, se terminera «à la mi-juillet ou peut-être avant», d'après Mittal Jr. Mais Arcelor a maintenu son assemblée du 30 juin et qui doit se prononcer sur la fusion (ratée) avec le russe Severstal.

© La Libre Belgique 2006