Le temps des parcs d'attraction est revenu. Un peu plus tôt que les autres années puisque c'est au premier jour des vacances de Pâques qu'ils ouvrent leurs guichets et que Pâques "tombe" très tôt. Pour la majorité des parcs, le lever de rideau est prévu ce samedi 22 mars.

Ce qui ne veut pas dire que tous les projets prévus seront terminés. Ainsi, les deux nouvelles attractions que Bobbejaanland annonce pour la saison 2008, la Banana Battle et King Kong, sont respectivement attendues pour début mai et début juillet. Chez Bellewaerde, la nouvelle zone "La Savane" ne sera ouverte aux visiteurs qu'à partir de juillet. Walibi, pour sa part, annonce "le lancement officiel du Vertigo" . L'attraction aurait dû faire les beaux jours de la saison 2007 mais "prototype unique au monde oblige, lit-on dans le communiqué, pas moins de deux années consécutives ont été nécessaires pour finaliser sa mise au point définitive"

Ces "retards" sont courants, la vraie saison débutant avec le beau temps et les vacances d'été. Mais ils sont d'autant plus excusables cette année au vu des lourds investissements réalisés pour la saison : 7 millions d'euros pour Plopsa La Panne, 5 pour Bobbejaanland, 4 pour Walibi, 2,5 pour Plopsa Coo, 2 pour Bellewaerde... Un levier financier qui émane, pour certains, d'une belle saison 2007; pour d'autres, d'un changement de propriétaire. Bobbejaanland est espagnol depuis mai 2004, intégré au groupe Parques Reunidos; Telecoo est devenu Plopsa Coo en décembre 2005; Walibi et Bellewaerde sont entrés dans le portefeuille de la Compagnie des Alpes en mai 2006.

Cible multiple

Mais investir chaque année des sommes conséquentes semble être incontournable. "Depuis son rachat en 2004, pas moins de 19 millions d'euros ont été investis dans le parc, indique le directeur de Bobbejaanland, Rudi Rasschaert. De 1 à 5 millions par an. Cette année, 90 pc du budget sont destinés exclusivement aux deux nouvelles attractions. Une proportion qui n'est pas toujours aussi importante." Et de citer d'autres sources de dépenses qui profitent tout aussi directement aux visiteurs comme des travaux d'infrastructures, l'adaptation ou le lifting d'attractions existantes, la création de nouveaux shows, la mise en place d'animations dites "de rue", l'organisation d'événements médiatiques... (lire ci-dessous).

Il n'empêche, les "nouveautés", quelles qu'elles soient, sont indispensables. "Du moins pour gagner des parts de marché, ce qui est l'objectif de tous les parcs, ajoute Rudi Rasschaert. Mais celles-ci ne doivent pas obligatoirement se décliner avec frisson. L'émotion a aussi son rôle. La cible de Bobbejaanland est familiale et donc multiple - jeunes enfants, ados, adultes... - à laquelle nous devons proposer une offre élargie." Les grosses attractions ne sont toutefois le fait que de parcs "matures". "Pour offrir de tels compléments, il faut déjà proposer une offre complète" , ajoute-t-il.

On se souvient que quand Plopsa a racheté l'ex-Telecoo, le groupe a d'abord travaillé sur les infrastructures et sur l'image du parc. Et ça continue.

Cette année, il a mis sur pied quatre nouvelles attractions, mais a également développé la capacité de deux anciennes et rénové la zone d'entrée.

A La Panne (ex-Meli), le groupe a misé sur deux attractions (1 million d'euros) mais surtout sur sa nouvelle zone d'entrée (6 millions).

"Tous les travaux ne sont pas visibles, précise Anke Vanheirreweghe, porte-parole de Bellewaerde. Pour cette saison, il y a bien sûr "La Savane", mais surtout le renouvellement des attractions et la construction d'une nouvelle boutique. Notre parc mêle nature, animaux et attractions. Dans nos investissements, on vise toujours à respecter l'équilibre. Mais tous n'exigent pas les mêmes dépenses, c'est pourquoi le montant des investissements varie d'une année à l'autre." Sans doute ceux de 2009 seront-ils plus élevés. "La saison 2007 a été excellente, ajoute-t-elle, dégageant un chiffre d'affaires de 16 millions d'euros. Même si ce n'est pas lié et que c'est une décision prise au niveau du groupe, c'est positif pour les investissements futurs."