Ceux-ci ont estimé pouvoir survivre à la décision, à condition que la déduction fiscale et les certificats verts soient maintenus. Les primes, qui coûtent annuellement une vingtaine de millions d'euros à la Région wallonne, permettent aux particuliers d'obtenir jusqu'à 3.500 euros de remboursement sur l'installation de panneaux photovoltaïques.

Elles ne seront plus d'application dès l'an prochain, même si un délai a été prévu pour les dossiers en cours d'examen. En cas d'acompte payé avant le 6 octobre, un projet pourra toujours bénéficier d'une prime après le 1er janvier. Le gouvernement wallon présentera sous peu le réajustement global de ses primes énergétiques, dans le cadre duquel l'isolation des maisons devrait par contre obtenir des crédits renforcés, a dit M. Nollet.

Le photovoltaïque est suffisamment "mûr" pour se passer de primes, a assuré le ministre. Les représentants du secteur, tout en tempérant ses propos, ont admis que la décision ne leur porterait pas un coup fatidique.

Si toutefois le système régional des certificats verts, qui rémunère les ménages équipés de photovoltaïque, ou l'importante déduction fiscale fédérale devaient être remis en question, "ce serait la catastrophe" pour des entreprises qui occupent actuellement 600 personnes, a dit Noémie Laumont, de la Fédération de l'Energie d'origine renouvelable et alternative (Edora).