Les prix continuent à augmenter
© Johanna de Tessières

Entreprises & Start-up

Les prix continuent à augmenter

Monique Baus

Publié le - Mis à jour le

La montée progressive des prix que l'on annonçait l'été dernier est indiscutablement devenue une réalité. Et ce n'est pas fini. Les montants indiqués sur les étiquettes vont continuer à grimper. Toujours en cause, l'augmentation du prix des matières premières liée ou conjointe à plusieurs phénomènes. Comme de mauvaises récoltes, une demande en hausse avec une production qui ne suit pas (ruée chinoise sur le lait en poudre, par exemple), ou encore une production ralentie par des changements de stratégie (comme, notamment, quand les céréales destinées aux biocarburants remplacent les cultures traditionnelles). Le tout dans un contexte de hausse également sensible des prix de l'énergie. Bref, cette conjonction de faits annonçait des temps difficiles pour nos portefeuilles. On y est !

Un porte-parole d'Aldi Pays-Bas s'est adressé à la presse (dont plusieurs journaux flamands), pour annoncer une "augmentation collective" de prix qualifiée d'"obligation" pour la première fois de son histoire. Et ce phénomène ne va pas épargner la Belgique, comme nous le confirment les responsables des grands groupes de distribution. Il est mondial, insistent-ils tous. Et de préciser que, contrairement à ce qui avait été envisagé il y a quelques mois, ces augmentations sont trop importantes pour se permettre de ne pas les répercuter sur les consommateurs. Impossible de tout "absorber" au niveau du fournisseur ou du distributeur.

"Les augmentations touchent trois grandes catégories de produits", explique Jean-Pierre Roelands, directeur commercial de Colruyt. "Le lait et les produits laitiers (beurre, fromage,...), le blé et les denrées à base de céréales (pain, pâtes, biscuits,...) et les huiles. Le lait, le beurre et les pâtes ont déjà augmenté. Ils sont environ 30 pc plus chers aujourd'hui qu'en juin dernier. Les produits dérivés, qui contiennent moins de ces matières ou qui mettent plus longtemps à arriver dans nos rayons (yaourts, fromages, céréales, biscuits,...), connaîtront encore une augmentation de 10 pc. Enfin, concernant l'huile, une forte hausse de 30 pc est annoncée à partir de novembre."

Confirmation du phénomène chez Delhaize, où l'on épingle aussi les augmentations réclamées par les producteurs de légumes. "Parce qu'on paie plus pour les céréales, ils en veulent plus aussi", relève Catherine Verbeeke.

Même chose, enfin, chez Carrefour. "Seul le timing peut différer d'une chaîne à l'autre en fonction des accords conclus entre fournisseurs et producteurs qui prévoient un prix fixe pour une période plus ou moins longue."

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous