A la criée de Malines, ce sont surtout les salades qui souffrent, elles qui sont vendues au tiers du prix de 2008, à 15 cents le kilogramme. "Le consommateur ne suit pas l'importance de la production, d'autant que la saison des barbecues n'a pas encore commencé", a expliqué Bert Stas de la criée malinoise. Quant aux asperges, elles sont 20 pc moins cher que l'an passé.

A Hoogstraten, les fraises sont vendues 4 euros le kilo, soit un euro de moins que prévu, et les concombres ne dépassent pas les 25 cents le kilo alors qu'ils devraient atteindre au minimum les 40 cents.

Selon plusieurs spécialistes, la concurrence internationale, et en particulier néerlandaise, ainsi que la crise économique - en réduisant les exportations à destination notamment de l'Europe de l'Est - pèsent sur les prix des fruits et des légumes. Egalement pointée du doigt, la dévaluation du rouble constitue une catastrophe pour les cultivateurs flamands, dont 20 à 30 pc des exportations sont destinées à la Russie.

Dans ce contexte, le Boerenbond appelle les autorités à davantage de soutien. "Les coûts restent élevés et les prix bas. Nous espérons que l'été sera bon. Dans le cas contraire, les conséquences sur les entreprises agricoles seront importantes", a averti Annemie Vangeenberghe, la porte-parole de la fédération agricole flamande.