"Des mesures de soutien seront nécessaires, sinon de nombreux indépendants devront fermer leurs portes", a-t-il insisté.

Un récent sondage dans le secteur cosmétique montre que deux professionnels sur trois sont favorables à un confinement complet, mais ils pensent qu'une fermeture sélective est injuste. "Ce serait disproportionné et ça n'aurait aucun effet sur la courbe. À peine 1,5% des professionnels du secteur disent avoir été infectés par un client. C'est beaucoup moins que la circulation habituelle du virus", explique M. Blokken. Le secteur craint que la fermeture ne soit le coup de grâce pour de nombreux travailleurs indépendants.

"Ce sera un massacre économique. Lors du précédent lockdown, beaucoup ont déjà dû utiliser leurs économies pour survivre", poursuit M. Blokken. "Nous espérons donc qu'il y aura suffisamment de mesures de soutien, également pour les indépendants à titre complémentaire, car sinon de nombreuses personnes devront fermer leurs portes pour de bon." La Fédération belge Beauty appelle également le gouvernement à renforcer les contrôles sur le travail non déclaré dans la période à venir. "Nous constatons que de nombreux coiffeurs ou pédicures continuent à travailler à domicile, en noir. C'est une concurrence déloyale et très douloureuse pour les personnes de notre secteur qui respectent les règles", conclut M. Blokken.

"Les conséquences économiques seront pires" (UCM)

"La nouvelle mise sous cloche du pays décidée ce vendredi était devenue inévitable. Pour les dizaines de milliers d'indépendants et de chefs de PME concernés, c'est une catastrophe pire que celle de mars", estime vendredi l'Union des classes moyennes (UCM), à la suite des nouvelles mesures décrétées par le gouvernement fédéral pour lutter contre le coronavirus. "Le premier confinement pouvait se justifier, face à l'irruption d'une maladie inconnue. Le second confinement, sept mois plus tard, est un scandale. Il frappe des entrepreneurs fragilisés, usés financièrement et moralement. Ils n'ont pourtant pas d'autre choix que de faire front, de limiter les dégâts et d'espérer la reprise", souligne l'UCM.

L'organisation appelle le gouvernement fédéral, mais aussi les Régions, à prolonger et intensifier les mesures de soutien, en veillant à l'efficacité et à l'équité entre les secteurs.