Droit passerelle, report de paiement pour la cotisation à charge des sociétés, assouplissement des modalités pour mettre son personnel en chômage pour force majeure... Depuis le début de la crise, l'UCM a aidé les indépendants et chefs d’entreprise à traverser au mieux le choc économique lié à la crise sanitaire. Grâce à 21 questions, l'UCM veut maintenant aider les chefs d’entreprise à préparer l’après.

1. Quelles sont les aides disponibles pour relancer mon activité ou faire grandir mon entreprise ?

De nombreuses aides ont été débloquées, tant au niveau régional que fédéral, pour soutenir les entreprises durant cette crise sanitaire. Au-delà de ces aides qui ont aidé à tenir le choc, d’autres aides existent pour vous aider à relancer votre entreprise et continuer à la faire grandir.

Attention, selon les régions, elles émanent de différents organismes et répondent à des préoccupations différentes.

Aides et subsides aux entreprises en Région de Bruxelles-Capitale :

  • aides disponibles dans différents secteurs pour donner une nouvelle dimension à votre projet
  • soutien financier de finance&invest.brussels (Société Régionale d'Investissement de Bruxelles - SRIB)
  • primes énergie (Bruxelles-Environnement)
  • soutien à l’investissement (pack énergie).

Aides et subsides aux entreprises en Région wallonne :

  • aides au financement (Sowalfin) : le prêt Ricochet facilite l'octroi d'un financement jusqu'à 45.000 € à un taux très favorable
  • prêt coup de pouce : il permet aux particuliers de prêter de l'argent aux entreprises et aux indépendants en Wallonie tout en bénéficiant d'un avantage fiscal sous la forme d'un crédit d'impôt
  • tax shelter
  • produit mixte automatique SOCAMUT : il permet de combiner une garantie de la SOCAMUT de maximum 75 % sur un crédit bancaire et/ou un prêt subordonné SOCAMUT de maximum 50 % du prêt bancaire
  • chèques-entreprises
  • subvention pour la rénovation de l’éclairage, l’isolation et la ventilation des commerces (Wallonie)
  • financement Easy’green (Sowalfin) : il permet aux TPE et PME de participer, via leurs investissements, à la transition énergétique et à la diminution des émissions de CO2.

Ces aides publiques vous permettent, entre autres, d’être accompagné à tarif réduit par des professionnels, mais aussi de faciliter vos financements et soutenir vos investissements.

Facilitez-vous la vie, faites appel à votre conseiller UCM, véritable expert qui vous accompagne dans la recherche de solutions et à la préparation de vos demandes de subsides et/ou financements.


2. Quelles sont les conséquences de la crise sur la valeur de mon entreprise ?

Valoriser une entreprise, c’est calculer sa valeur financière en tenant compte des données comptables et du potentiel de la société. C'est un exercice complexe. La crise du Covid-19 et l’arrêt brutal de plusieurs secteurs d’activités ont certainement un impact positif ou négatif sur cette valorisation. Voici nos conseils si vous projetez de transmettre votre affaire.

Les différents facteurs

Dans le cadre d’une transmission, la valorisation d'une entreprise et la facilité pour trouver un acquéreur dépendent de différents facteurs. Dans la situation actuelle, la façon dont votre entreprise traverse la crise influence sa valeur marchande et le processus de transmission.

  • Impact nul : votre entreprise a maintenu ses activités et/ou s’est adaptée à la situation. Avancez sereinement dans le processus, votre entreprise démontre sa résistance aux difficultés et sa résilience.
  • Impact modéré : votre entreprise s’est adaptée moins facilement à la crise. Prenez le temps de bien la préparer et de rassurer les repreneurs potentiels.
  • Impact important : votre activité a été fortement perturbée, voire à l’arrêt. Attendez d’avoir relancé votre chiffre d’affaires avant la mise en vente. Soyez attentifs aux repreneurs qui tenteraient de profiter de cette situation pour faire une offre en-deçà du prix du marché.
  • Impact considérable : le risque de faillite existe. Récupérez sans tarder la valeur restante de votre entreprise. Le repreneur est souvent un concurrent.

30 % des chefs d’entreprises wallonnes devront relever le défi de la transmission dans les prochaines années.

Selon la situation dans laquelle vous vous trouvez, vous serez en position de force ou de faiblesse lors des négociations. A caractéristiques égales, une société qui passe à travers ce contexte compliqué sans difficultés aura une valorisation plus élevée qu’une autre qui n’aura pas réussi à maintenir l’activité à flots.

La facilité de trouver un repreneur pour votre entreprise ne dépend pas uniquement de sa performance avant, pendant et après la crise. Il se peut même que cela ne soit pas du tout lié. Les exigences du cédant peuvent être un frein. Plus elles sont nombreuses, plus il peut être compliqué de trouver un repreneur.

Le profil de l’acquéreur est également à prendre en compte car les attentes sont différentes : les managers qui dirigent, les investisseurs qui cherchent la rentabilité et les acquéreurs stratégiques qui sont déjà actifs sur le marché.

Les acquisitions stratégiques se négocient à des montants plus élevés que les ventes à des investisseurs, qui elles-mêmes sont souvent plus élevées que les ventes à des profils managers, ces derniers ayant la plupart du temps des moyens financiers plus limités.

Dans tous les cas, la transmission d'entreprise ne s’improvise pas. Le conseiller UCM vous accompagne dans vos démarches, de la préparation de votre entreprise à la conclusion de la vente. Avec UCM, vous cédez votre entreprise sereinement et dans les meilleures conditions.

3. Quels sont les impacts du report et de la dispense des cotisations sociales ?

2020 a été une année particulière et en tant que chef d’entreprise, il vous a fallu trouver les ressources nécessaires pour protéger votre activité et assurer la pérennité de votre entreprise. Parmi les différentes mesures d’aide, vous avez peut-être demandé un report ou une dispense de cotisations sociales. Afin d’anticiper au mieux l’avenir, voici les éléments auxquels vous devrez être attentifs.

Report de paiement

Si vous avez demandé un report de paiement de vos cotisations en 2020, cela a une conséquence directe cette année : vous devez payer vos cotisations de 2020 et de 2021, sans compter les éventuels suppléments de 2018 ou 2019.

Comment gérer au mieux cette situation ?
  • Même s’il est possible de demander un report de paiement de vos cotisations sociales provisoires des 1er et 2e trimestres de 2021, nous vous recommandons au maximum de les payer pour l’échéance normale.
  • Soyez attentif aux nouvelles échéances de report et payez en temps et en heure. Le non-respect de ces échéances vous ferait perdre certains avantages sociaux.
  • Estimez vos revenus de l’année 2021. S’ils sont inférieurs à ceux de 2018, vous pouvez demander une réduction de vos cotisations sociales pour 2021.
  • Si vous pensez ne pas pouvoir respecter les nouvelles échéances, introduisez une demande de plan d’apurement pour les cotisations sociales qui ont été reportées.
Que se passe-t-il si vous ne respectez pas une échéance de paiement ?

Le report de paiement n’a aucun impact sur votre couverture sociale : tant que vous respectez la nouvelle échéance, vous conservez tous vos droits sociaux. Par contre, le non-respect d’une échéance peut avoir des conséquences importantes. Vous pourriez être amené à rembourser certaines indemnités obtenues en 2020 ainsi qu'être redevable de majorations pour paiement tardif, ce qui peut rapidement faire augmenter votre dette.

Demande de dispense

Si votre activité est fortement impactée par la crise, il est également possible demander une dispense des cotisations sociales suivantes :

  • des 4 trimestres de 2020
  • des 1er et 2ème trimestres 2021,
  • de régularisations 2018 et/ou 2019 qui arrivent à échéance au 31/03/2021 ou au 30/06/2021.

Réfléchissez cependant bien avant de prendre cette décision car vous perdez vos droits de pension pour les trimestres au cours desquels vous bénéficiez d’une dispense de cotisations sociales. Notez toutefois, vous avez la possibilité de racheter cette dispense dans un délai de cinq ans afin de vous assurer le maintien de ces droits.

Conseil :  Demandez la dispense à temps, vous n’avez qu’un an pour introduire votre demande (ex : la demande de dispense pour le 1er trimestre 2020 doit être introduite avant le 31 mars 2021).

La demande de dispense se fait à l’aide du formulaire spécifique, auprès de votre caisse d’assurances sociales. De nombreuses possibilités existent. Quelle que soit votre situation, prenez contact avec l’un de nos conseillers. Il vous orientera vers la meilleure solution pour vous.