Les représentants appellent les actionnaires à tenir compte de ce renoncement dans leur degré d'exigence quant aux futurs dividendes. "Nous ne pourrions pas accepter que des mesures d'économies, qui impacteraient l'emploi notamment, soient prises au sein de RTL Belgium dans les années à venir", préviennent-ils mardi. Fin juin, affaiblie économiquement par la crise du coronavirus qui a fait chuter les recettes publicitaires, RTL Belgium s'était tournée vers le gouvernement de la FWB, parvenant avec lui à un protocole d'accord pour une aide ponctuelle sur plusieurs années, pouvant atteindre jusqu'à 80% du préjudice financier objectivé par l'entreprise à la suite de la crise sanitaire.

L'objectif, du côté de la Communauté française, était entre autres d'éviter de nouveaux licenciements après le récent plan #Evolve qui avait déjà écrémé les effectifs de la filiale de RTL Group.

Cependant, l'aide n'allait pas se concrétiser sans contreparties: RTL Belgium devait en échange réintégrer le giron régulatoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles, donc entre autres se soumettre à l'autorité du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). La filiale belge devait aussi garantir un certain maintien de l'emploi et un soutien à la création locale.

Les représentants du personnel estiment que les conditions, autres que celle relative au CSA, constituaient des garanties pour l'avenir à moyen terme de l'entreprise. "En tant que membres du Conseil d'entreprise, nous connaissons les problèmes financiers que connaît le secteur de l'audiovisuel, en pleine mutation, et RTL Belgium en particulier, et ce depuis plusieurs années", relèvent-ils. "Nous demandons que les actionnaires tiennent compte de ce renoncement à cette aide publique dans leur degré d'exigence quant aux futurs dividendes. Nous ne pourrions pas accepter que des mesures d'économies, qui impacteraient l'emploi notamment, soient prises au sein de RTL Belgium dans les années à venir."

Ils demandent instamment aux actionnaires de s'atteler à "donner les moyens à la direction et au personnel de mener à bien cette tâche (l'établissement d'une véritable stratégie d'avenir pour l'entreprise, NDLR), primordiale pour assurer sa pérennité".