À ce stade, aucune date n’a encore été fixée. “Nous travaillons en étroite collaboration avec la fédération des cinémas de Belgique sur la mise en place de protocoles sanitaires spécifiques”, nous explique Anneleen Van Troos, porte-parole du groupe Kinepolis, premier exploitant de salles du pays.

Des protocoles comparables à ceux qui avaient été mis en place l’an dernier lors de la reprise de l’exploitation des salles après le premier confinement : port du masque obligatoire, règles de distanciation sociale, réduction des capacités d’accueil, horaires décalés pour le début des séances afin de réduire le flux des visiteurs au même moment dans les complexes,… “Nous espérons que dans les mois qui viennent nous reviendrons à une situation où aller dans un cinéma ressemblera à ce qu’il était possible de faire avant. En attendant, ce que nous souhaitons, ce sont des perspectives de réouvertures. Et que les autorités nous disent à partir de quels seuils de chiffres d’occupation des hôpitaux et de vaccination des assouplissements seront possibles”, ajoute la porte-parole de Kinepolis.

“Nous travaillons sur des protocoles prévoyant différentes étapes d’assouplissement car le comité de concertation a l’habitude de travailler en plusieurs phases, en déconfinant d’abord un tout petit peu, puis un peu plus, puis encore un peu plus etc. Ces protocoles ont prouvé après le premier confinement leur utilité pour accueillir les spectateurs en toute sécurité. Aucun cas de Covid n’a été retraçable au départ des cinémas. Nous espérons que la réouverture des salles pourra se faire à des conditions plus ou moins rentables pour le secteur. Si les mesures sont trop contraignantes pour une exploitation rentable, nous attendons que les mesures de soutien puissent se poursuivre, comme c’est le cas dans le secteur de l’Horeca”, explique, de son côté, Thierry Laermans, secrétaire général de la Fédération des cinémas de Belgique.