Taux courts, taux longs, taux hypothécaires: tous sont en hausse. Hier, la banque Dexia a annoncé qu'elle augmentait les taux de ses crédits hypothécaires. En cause, «l'évolution des taux d'intérêt sur les marchés financiers».

On songe évidemment aux taux directeurs de la Banque centrale européenne (BCE). Le 1 éme r décembre 2005 et le 2 mars 2006, la BCE a chaque fois relevé son principal taux de refinancement de 25 points de base, le faisant passer de 2 à 2,25 pc, puis à 2,50 pc. Derrière cette politique, que la zone euro n'avait plus connue depuis plus de deux ans, un objectif se dessine: contenir l'inflation dont la BCE craint un dérapage à court ou à moyen terme, en raison de l'importante masse monétaire disponible sur les marchés et de la croissance des crédits octroyés aux particuliers. Même si le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, a surpris les marchés en privilégiant un statu quo au moins jusqu'en juin, l'idée d'une poursuite du resserrement monétaire reste dans l'air.

Dans la foulée des décisions de la BCE, les taux des bons de caisse grimpent également. Les principales banques du pays avaient déjà annoncé une hausse de ces taux en mars; elles ont remis le couvert au début de ce mois. Désormais, les bons à 1 an rapportent quelque 2,80 pc, ceux à 3 ans donnent environ 3,20 pc et les bons à 5 ans offrent de 3,30 à 3,40 pc.

Depuis plusieurs mois, déjà, les taux longs suivent la même tendance. Les OLO's (obligations linéaires) à 10 ans, émises en Belgique, sont clairement à la hausse depuis le début de l'année, suivant la tendance des taux longs européens et américains. Les taux de ces OLO's viennent de franchir le cap des 4 pc. Par comparaison, le Bund allemand à 10 ans affiche environ 3,8 pc et l'OAT (obligation assimilable du Trésor) française à 10 ans s'élève à quelque 3,9 pc. Aux Etats-Unis, le cap des 4 pc est déjà dépassé: le bon du Trésor à 10 ans atteint 4,9 pc.

La tendance se répercute désormais sur les taux d'intérêt des emprunts hypothécaires. Après Batibouw, Dexia est la première à relever le loyer de ses prêts hypothécaires. Ses taux varient désormais entre 4,20 et 5,20 pc, selon la formule (fixe ou variable) et la durée (de 15 à 30 ans). A noter: ces taux, que la banque qualifie de «préférentiels», ne sont toutefois valables que si l'emprunteur souscrit également une assurance incendie et une assurance solde restant dû chez Dexia.

Livrets d'épargne

Quid des livrets d'épargne? Peu de mouvement jusqu'à présent. Rabobank, qui ne fait jamais d'offre promotionnelle mais suit de près les taux du marché, vient de relever son taux de base de 0,20 point de pourcentage, ce qui fait passer le revenu de l'épargne de 2,80 pc à 3 pc auprès de cette banque en ligne, là où les principaux acteurs proposent encore des taux plancher (taux de base de 1,25 pc et primes d'accroissement ou de fidélité de quelque 0,5 pc). Pourquoi la tendance haussière ne se répercute-t-elle pas sur le bon vieux carnet de dépôt? «La hausse des taux sur les marchés financiers n'est pas assez forte pour modifier ceux des livrets», dit-on chez Fortis, principal dépositaire de l'épargne des Belges.

Reste que la tendance générale de hausse des taux dans la plupart des secteurs est «relativement logique», commente Vincent Van Esch, économiste chez ING. «Et elle risque de se prolonger. A moins que les prix pétroliers et la situation en Iran n'alarment les marchés, comme en 2004.» Il est évidemment trop tôt pour entériner ce scénario.

© La Libre Belgique 2006