La commune verbalisera systématiquement l'entreprise américaine si la situation ne s'améliore pas dans les quinze jours.

Vous l'aurez certainement remarqué, les trottinettes partagées ont massivement fait leur apparition en Région bruxelloise. Mais revers de la médaille, ces modes de transport empiètent de plus en plus sur l'espace public.

C'est notamment le cas dans la commune d'Uccle, où le bourgmestre Boris Dilliès (MR) a pris les devants afin d'enrayer le phénomène : il a envoyé une lettre de mise en demeure à la société Lime le 11 janvier dernier afin que cette dernière veille à ce que les trottinettes n'obstruent plus le passage.

"Nous félicitons et encourageons ce type de mode de transport et tout ce qui a trait à la mobilité douce. Néanmoins, nous devons déplorer de la part des utilisateurs un manque de respect des normes de sécurité. Un article du règlement général de police permet de verbaliser et de donner une sanction administrative à une personne qui empêche la bonne circulation des piétons. Le problème est que les trottinettes ne sont pas immatriculées, donc nous enverrons la note à Lime, et à charge de la société de retrouver le dernier utilisateur qui aurait mal garé la trottinette", explique Boris Dilliès.

"On a pris bonne note de l'intention de Lime d'engager des patrouilleurs pour vérifier que les trottinettes sont bien placées, mais sans amélioration dans la quinzaine, nous nous verrons dans l'obligation de demander à nos agents constatateurs de dresser, systématiquement, un procès-verbal. Il serait en effet contre-productif pour votre société ainsi que pour la mobilité à Bruxelles que les piétons voient d'un mauvais oeil le dépôt anarchique de ces trottinettes sur nos trottoirs, voire parfois au milieu d'une voie publique", peut-on lire dans le courrier dont nous avons pu prendre connaissance. "Nous osons espérer que nous ne devrons pas en arriver là et que vous parviendrez à conscientiser les utilisateurs de vos trottinettes."

Les trottinettes garées n'importe où
Les trottinettes garées n'importe où © DR

Par ailleurs, en accord avec l'échevin de la Mobilité Thibaud Wyngaard (Ecolo), la commune va identifier de nombreuses zones de dépôt pour les véhicules en free-floating (Lime, Scooty, Billy Bike, etc.). "Nous allons donner des plans aux différentes sociétés avec des adresses où on leur conseille de déposer les véhicules. Par exemple, il n'est pas normal de retrouver trois trottinettes alignées devant un commerce de la rue Xavier De Bue, alors que le parvis Saint-Pierre, beaucoup plus vaste, se trouve juste à côté. De nombreuses zones de dépôt vont ainsi être identifiées pour éviter les dépôts anarchiques qui obstruent le passage des piétons et des personnes à mobilité réduite", poursuit Boris Dilliès.

Une charte sur la gestion des véhicules en libre-service

Par ailleurs, la commune d'Uccle a envoyé une charte (non contraignante) sur l'installation et la gestion d'une flotte de trottinettes en libre-service sur le territoire communal.

Ainsi, la charte prévoit que:

- Le futur opérateur doit informer le collège des bourgmestre et échevins de son intention à placer des trottinettes en libre-service sur le territoire de la commune;
L’opérateur doit fournir une personne de contact à la commune afin d’avoir un interlocuteur pour la gestion de la flotte;
- L’opérateur doit s’assurer que les trottinettes mises à disposition sont dans un bon état permettant une utilisation correcte et en toute sécurité du client. Si la trottinette n’est pas en état, celle-ci doit être retirée de l’espace public en vue d’être remplacée et/ou réparée ;
- L’opérateur doit informer la commune de son système de vérification de l’état des trottinettes ;
- L’opérateur doit s’assurer que le stationnement des trottinettes de sa flotte respecte les prescrit de l’utilisation de l’espace public, à savoir, notamment, l’obligation de laisser 1,50 m minimum de trottoir pour le cheminement des piétons, de laisser les accès carrossables et les accès aux portes d’entrée libres de ce stationnement, de laisser les quais des arrêts de transport en commun libre et de laisser les passages pour piétons libres.

Par ailleurs, l’opérateur doit s’assurer d’une bonne rotation des trottinettes, c’est-à-dire qu’une trottinette ne peut pas stationner au même endroit plus d’une semaine.

Du côté de Forest, également, la problématique est prise à bras-le-corps : le bourgmestre Stéphane Roberti (Ecolo) a l'intention de convoquer les responsables de Lime afin d'ouvrir une discussion pour trouver des solutions pour empêcher que ces trottinettes soient déposées n'import où et encombrent les voies pédestres.

A Saint-Gilles, aussi, cette problématique est fortement ressentie. "Nous avons l'intention d'envoyer un courrier à Lime pour les rencontrer. On trouve souvent des trottinettes placées devant les stations de tram et c'est très problématique pour les usagers, notamment les personnes avec des poussettes. Mais cette problématique concerne l'ensemble de la Région bruxelloise et nous comptons contacter Bruxelles Mobilité pour voir les solutions proposées", confie Catherine Morenville (Ecolo), nouvelle échevine de la Mobilité.