Libre Eco week-end |

L’association de commerçants en ligne BeCommerce a fait réaliser une étude par GfK sur les ventes en ligne en 2020 dans notre pays. Une étude soutenue par la Loterie Nationale et PostNL. Le BeCommerce Market Monitor montre un recul un peu surprenant des ventes de l’ordre de 10 % d’une année sur l’autre. Une surprise qui demande quelques explications. En effet, dans le détail, les ventes de produits en ligne ont clairement explosé du fait de la crise du Covid et des mesures de confinement. L’étude montre ainsi une croissance d’un tiers de ces ventes à 7,5 milliards d’euros. On y relève notamment l’explosion des ventes d’électronique grand public (+93 %), de l’électroménager (+92 %) et des accessoires informatiques (+66 %). Logique.

Plus de 200 000 nouveaux clients ont d’ailleurs découvert le commerce en ligne dans notre pays l’an passé, soit une croissance de 2 % de la masse d’acheteurs actifs. BeCommerce avance la commodité des livraisons à domicile comme un des piliers de cette évolution. Ce qui explique la baisse du total des ventes est bien évidemment à trouver ailleurs, et c’est au niveau du secteur des services qu’il faut trouver la réponse à cette interrogation. Ici, c’est simple, les ventes ont chuté de plus de 50 %, passant de 6,2 milliards d’euros en 2019 à 2,8 milliards l’an passé. Rien que les segments voyages, événements et spectacles de ce secteur ont chuté de plus d’un milliard d’euros.

Les consommateurs belges ont acheté plus de biens, mais aussi plus d’articles moins chers. Ainsi, le Belge client de sites de vente a dépensé en moyenne l’an passé 1 193 euros dilués sur 15 sessions d’achats. Et s’il y a eu une hausse de 12 % des achats, avec un total de 126,8 transactions, la valeur moyenne des paniers d’achats a reculé, pour passer de 102 euros à 81 euros. Le moyen de paiement de prédilection est resté Bancontact.